Airbus explore la piste de l’eucalyptus

Toujours à la recherche de nouveaux carburants d’origine organique, moins polluants que le kérosène, la compagnie aérienne européenne Airbus annonce s’être associée à un consortium australien pour la recherche d’un biocarburant à base d’eucalyptus.

Dans un communiqué officiel publié mercredi, la compagnie aérienne Airbus annonce s’être associée avec un consortium australien, comprenant notamment la compagnie Virgin Australia,  pour la recherche d’un bio-carburant à base d’une certaine espèce d’eucalyptus, le mallee. Cette espèce qui se plait dans les zones arides est notamment cultivée dans la “wheat belt” en Australie occidentale. Grâce à un processus de pyrolyse, ce mallee est alors transformé en carburant alternatif.

Des carburants “drop-in”

Le rôle d’Airbus est notamment de soutenir le processus d’approbation et de certification afin que les carburants obtenus par pyrolyse puissent être utilisés pour la première fois dans l’aviation civile“, explique Frédéric Eychenne, le directeur du programme énergies nouvelles chez Airbus. “L’objectif du projet est d’établir un centre pilote pour la production de carburants alternatifs, qui sera opérationnel en Australie au cours de l’année prochaine“, ajoute Airbus dans son communiqué.

Dans le même temps, Airbus s’est également associé à l’Américain Boieng et le Brésilien Embraer, pour le développement de biocarburants “drop-in” c’est à dire, à propriétés équivalentes à celles du kérosène et pouvant être utilisés indifféremment par tous les avions, quelle que soit leur origine organique. Les trois compagnies “ont convenu de rechercher des opportunités collaboratives en vue de s’adresser de façon unanime aux gouvernements, aux producteurs de biocarburants et aux autres parties prenantes majeures, afin de soutenir, promouvoir et accélérer la disponibilité de nouvelles sources de carburants aéronautiques durables“, précise Airbus.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter