Pollution : fin du répit pour Shanghai

La pollution avait connu un moment de répit à Shanghai alors que la ville accueillait l’Exposition universelle. Les autorités  avaient alors suspendu de nombreux chantiers et certaines entreprises avaient du stopper leur activité, jugée trop polluante. Mais avec la fin de cette Exposition, la pollution est revenue de plus belle dans la mégapole chinoise.

Alors que Shanghai accueillait des visiteurs des quatre coins du monde dans le cadre de l’Exposition universelle, les autorités de la ville avaient oeuvré énergiquement pour réduire la pollution dans la mégapole. Ainsi, tous les chantiers en cours avaient été suspendus et les entreprises dont les activités étaient jugées trop polluantes avaient du stopper ces dernières.

Or, depuis le 31 octobre et la fermeture du dernier pavillon, la pollution a repris ses droits dans la ville et l’air y est redevenu irrespirable. Le niveau de pollution a été multiplié par trois en quelques semaines pour atteindre son pire niveau enregistré depuis cinq ans.

Des mesures ni durables, ni réalistes

Si le Shanghai Daily, quotidien local, attribue ce regain de pollution à une fuite de gaz dans une raffinerie de la ville, l’agence de protection environnementale de Shanghai estime quant à elle que cette pollution serait due au froid venu du nord et rappelle que les mois de novembre et décembre sont traditionnellement les plus mauvais en terme de pollution. Plus concrètement, pour Mike Murphy, directeur exécutif d’IQAir China, la responsabilité d’une telle pollution est à mettre sur le compte de la reprise des activités industrielles de la ville. “Les mesures extrêmes prises par le gouvernement (durant l’Exposition universelle) sont temporaires, pour un évènement particulier et sur une courte période de temps. Elles ne sont ni durables ni réalistes,” explique-t-il.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter