Sida : quelques notes d’optimisme pour l’avenir

Si le sida continue de tuer, près de 2 millions de personnes sont décédées des suites de la maladie dans le monde en 2009, 2010 pourrait signer le recul des nouvelles infections. Par ailleurs, les résultats constatés lors des essais de nouveaux traitements ou de gel, sont là encore encourageants pour l’avenir.

La lutte contre le sida continue toujours, mais désormais quelques notes d’optimisme apparaissent. C’est notamment le cas de l’accès au traitement des personnes infectées. Si elles n’étaient que 700.000 à suivre un traitement en 2004, elles étaient plus de 5,2 millions en 2009. Néanmoins, 10 millions de personnes sont toujours dans l’attente d’un traitement. Le combat ne doit donc pas faiblir.

S’agissant de la prévention, de plus en plus d’outils sont à la disposition des personnes. En plus du préservatif, et dans l’attente d’un vaccin puissamment préventif, les chercheurs étudient encore de nouvelles méthodes. Dans cette optique, un gel microbicide est à l’étude et les essais “suscitent de l’espoir pour toute une génération de femmes“, explique Michel Sibidé, directeur exécutif de l’Onusida. Une étude publiée en juillet dernier et portant sur des essais d’un gel microcide chez des femmes d’Afrique du Sud avait établi une réduction de 39% du taux d’infection sexuelle.

Les antirétroviraux de plus en plus efficaces

D’autres essais portant sur une la prise d’une dose quotidienne d’une combinaison d’antirétroviraux avaient démontré une réduction de 44% du risque de contamination par le VIH chez les hommes homosexuels. Depuis 1994, ces antirétroviraux sont utilisés chez les femmes séropositives enceintes pour limiter le risque de transmission du virus à l’enfant. Ils ont également prescrits en cas d’exposition accidentelle au virus comme lors d’une piqûre avec une aiguille contaminée.

Enfin, les trithérapies administrées aux personnes séropositives ont considérablement réduit la mortalité des personnes atteintes par le VIH. La diminution du virus dans le sang liée à la prise de ces trithérapies contribue également à réduire la contamination en réduisant la contagiosité.

Toutefois, pour l’heure, le préservatif demeure l’arme la plus efficace contre une contamination par le VIH.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter