Viande de cheval: pour Spanghero, la magouille vient d’ailleurs

SpangheroLa société française Spanghero a été reconnue coupable de “tromperie” par le ministre de la Consommation, Benoit Hamon,  dans l’affaire de fraude à la viande de cheval. Le président de l’entreprise française accuse ce matin le gouvernement d’aller “un peu trop vite” et se défend que la “magouille” vient “d’ailleurs”.

A l’occasion d’une conférence de presse présentant les résultats de l’enquête menée dans le cadre du scandale de la viande de cheval, Benoit Hamon a accusé la société française Spanghero de “tromperie économique“. Il ajoutait hier sur Europe 1 que suffisamment d’éléments avaient été réunis à l’encontre de Spanghero afin de la soupçonner “a minima de grosses négligences” . Il a toutefois ajouter que la société française n’était pas la seule responsable dans l’affaire, évoquant également la piste “néerlandaise”. De son côté, Stéphane Le Foll, le ministre de l’Agriculture annonçait que Spanghero se voyait retirer immédiatement l’agrément sanitaire qui lui permet de traiter de la viande.

“La magouille vient d’ailleurs”

Barthélémy Aguerre, le patron de Spanghero a tenu à réagir face à ces accusations du gouvernement. “Je ne sais pas qui c’est, mais ce n’est forcément pas nous“, confiait-il ce matin sur Europe 1. “Je suis sidéré. Je pense qu’on va faire la preuve de notre innocence“. De son côté, Lur Berri, vice-président de la coopérative basque qui détient 90 % du capital de Spanghero, affirme détenir la preuve de cette innocence. “Je l’ai depuis qu’on a eu le problème : on a analysé des pains de viande, et on a trouvé dans certains du b?uf et du cheval mélangé, ce qui prouve bien que ce n’est pas Spanghero qui fait la magouille“, explique-t-il. “La magouille vient d’ailleurs. Le gouvernement est allé un peu vite”.

Pour nous, on a acheté de la viande de b?uf, on a vendu de la viande de b?uf. Il y a des étiquettes que nous avons reçues, nous les avons interprétées comme étant de la viande de b?uf”, ajoute Barthélémy Aguerre. “Je suis atterré par ce qui a été dit par le gouvernement. ça a été totalement imprudent“, jugeant même les propose de Benoit Hamon comme mettant “en grande difficulté l’entreprise et les 300 personnes qui y travaillent“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter