Mark Lynas : « Critiquer les OGM, c’est être anti-science »

« Je m’excuse d’avoir passé plusieurs années à détruire les cultures génétiquement modifiées ». Non, ce n’est pas José Bové qui fait son mea culpa mais Mark Lynas, son homologue britannique qui après presque 20 ans de combat acharné contre les OGM, les soutient désormais très clairement.

« Mes croyances les plus profondes sur les OGM se sont avérées des légendes urbaines (?) Je croyais qu’elles augmenteraient l’utilisation de produits chimiques (?) qu’elles ne profiteraient qu’aux grandes entreprises (?) que la technologie Terminator volerait les agriculteurs (?) rien de cela n’est arrivé ». Cette confession radicale, c’est celle d’un écologiste célèbre outre-Manche rendue publique le 3 janvier dernier lors de la Conférence sur l’agriculture d’Oxford.

Mark Lynas s’est excusé de son rôle négatif sur cette question reconnaissant avoir « diabolisé une option technologique importante ». C’est en s’attelant à la rédaction d’un nouveau livre sur la question que l’écologiste britannique s’est penché sérieusement sur la littérature scientifique. « J’ai découvert la science, et dans le même temps, j’espère être devenu un meilleur écologiste » précise le nouveau converti aux OGM.

« Critiquer les OGM, c’est être anti-science »

« Critiquer les OGM, c’est être aussi anti-science que contester la réalité du changement climatique » a affirmé l’écologiste britannique de 40 ans. Le José Bové britannique appelle aujourd’hui les agriculteurs à se sentir libres d’utiliser les OGM.

Et ce n’est pas tout, considérant la question du réchauffement climatique comme majeur et centrale, Mark Lynas défend également l’énergie nucléaire, une position rare dans le mouvement écologiste. « J’espère que je suis devenu un meilleur écologiste » affirme celui qui est désormais la cible de ses anciens camarades au sein des ONG vertes.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter