Les sénateurs font un grand pas vers l’interdiction du bisphénol A

Après l’Assemblée nationale, c’était au tour du Sénat de voter l’interdiction du bisphénol A dans les contenants alimentaires. Les sénateurs ont donc adopté hier cette décision à l’unanimité, allant encore plus loin que le projet initial puisqu’ils ont décidé d’étendre cette interdiction à certains dispositifs médicaux.

Le bisphénol A était donc à l’ordre du jour de la chambre haute du Parlement hier. Et les sénateurs ont fait un nouveau pas vers son interdiction totale dans tous les contenants alimentaires en adoptant en première lecture la proposition de loi du gouvernement allant dans ce sens.

Mais, les sénateurs sont même allés plus  en adoptant une nouvelle mesure qui prévoit à partir du 1er juillet 2015 l’interdiction du BPA mais également de tout autre perturbateur endocrinien, dans tous les dispositifs médicaux destinés aux femmes enceintes ou aux bébés. Les deux amendements allant dans ce sens ont été présentés par Chantal Jouanno, UMP et Gilbert Barbier, RDSE, contre l’avis du gouvernement.

Nous ne pouvons pas laisser faire

L’interdiction du bisphénol dans les contenants alimentaires destinés aux enfants de moins de 3 ans a été maintenue à 2013. En revanche, l’interdiction du produit dans les autres contenants alimentaires a été différé du 1er janvier 2014 au 1er juillet 2015.

“Grâce à ces nouvelles avancées, la France peut se targuer d’être le premier pays du monde à adopter une mesure aussi générale“, souligne Patricia Schillinger, la rapporteure PS du projet de loi. Pour rappel, les études ont démontré que  bisphénol est un perturbateur endocrinien, “cancérigène” et “neurotoxique“. “Face à de telles incertitudes, il serait irresponsable de ne pas appliquer strictement le principe de précaution“, estime de son côté la ministre de la Santé Marisol Touraine en défendant le texte. “Nous ne pouvons pas laisser faire“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter