L’Europe s’attaque au bruit des véhicules

La Commission européenne a décidé de s’attaquer à la réduction du bruit produit par les voitures, les fourgonnettes, les autobus, les autocars, les camionnettes et les poids lourds. L’objectif serait alors de réduire de 25% la gène auditive produite par ces véhicules.

Vendredi dernier, la Commission européenne a présenté son plan visant à réduire le bruit produits par les voitures, fourgonnettes, autobus, autocar, camionnettes et poids lourds, véritable pollution sonore.

Plus de bruits pour les véhicules électriques

Les valeurs limites de bruit devraient donc être abaissées en deux étapes de 2 dB(A) chacune pour les voitures particulières, les fourgonnettes, les autobus et les autocars. Pour les camions, la réduction serait de 1 dB(A) à la première étape et de 2 dB(A) à la seconde. La première étape devrait être mise en ?uvre deux ans après la publication du texte, une fois qu’il aura été approuvé par le Parlement et les États membres, et la seconde trois ans plus tard. Globalement, ces mesures réduiront d’environ 25 % la gêne occasionnée par le bruit des véhicules.

La Commission a également l’intention d’introduire une nouvelle méthode d’essai plus fiable pour mesurer les émissions sonores. En outre, il est proposé que les véhicules électriques et électriques hybrides puissent être équipés, en option, de dispositifs de production de son qui rendraient ces véhicules plus sûrs. Les limites des émissions de bruit n’ont pas changé depuis 1996 en dépit de l’augmentation du trafic.

Moins de bruit pour améliorer la santé

L’Organisation mondiale de la santé a conclu qu’en Europe occidentale, le bruit lié au trafic pourrait coûter chaque année 1 million d’années de vie en bonne santé. La réduction du bruit du trafic est donc essentielle pour améliorer la santé et la qualité de vie des citoyens de l’Europe. La proposition de la Commission devrait donc réduire de manière significative les niveaux du bruit ambiant et, par conséquent, le nombre de personnes qu’il affecte.

Le vice-président Antonio Tajani, en charge des entreprises et de l’entrepreneuriat, estime de son côté que “les émissions de bruit dues au trafic routier, dont souffrent nos citoyens, seront grandement réduites. Notre proposition conduira à des véhicules à moteur plus silencieux sur nos routes et à un environnement plus sain. Notre proposition rendra également les règles internationales plus claires pour l’industrie, ce qui permettra aux constructeurs européens de vendre plus facilement leurs voitures en dehors de l’UE“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter