Le réseau électrique français en piteux état

Selon l’information révélée aujourd’hui par le Parisien, la Commission de régulation de l’énergie dénonce la dégradation du réseau électrique français, et remet en cause les choix stratégiques d’EDF, qui délaisserait les infrastructures hexagonales.

A en croire le document confidentiel que le quotidien le Parisien – Aujourd’hui en France s’est procuré, le réseau électrique français ne cesserait de se dégrader, avec en première ligne les zones rurales. En cause, le manque d’investissement dans ces zones où la vétusté des installations serait de plus criante.

Le document a été rédigé par la CRE, après l’examen de plus d’un million de kilomètres de “routes électriques“, communales et départementales, chargées de l’alimentation électrique des PME et des particuliers. Selon la CRE, “la qualité du service s’est sensiblement dégradée“, et le réseau enregistre en certains points des coupures et des pannes de plus en plus fréquentes.

A titre d’exemple, le temps moyen de coupure a été d’1h30 par an à l’échelon communal, ce qui représente une augmentation de 50% en dix ans. Victime de choix stratégiques, le département de la Lozère décroche le pompon et arrive en tête des zones où la situation devient préoccupante.

Engagements non tenus

Selon les auteurs de cette étude, la filiale en charge de l’exploitation et de l’entretient de 95% du réseau français dépend des décisions d’EDF, sa maison mère. Et les choix stratégiques d’EDF sont plus tournés vers l’étranger,  grâce à des opérations financées notamment à l’aide “d’une réduction de la maintenance et de l’investissement sur le territoire national”. En conséquence, “57% des dépenses totales de maintenance sont correctives” constatent les auteurs du rapport. Cela signifie qu’un agent sur deux intervient pour réparer une panne plutôt que pour entretenir le réseau.

Preuve concrète de ce manque d’engagement de la part de la maison mère, les engagements formulés mais non tenus après le passage de la tempête en 1999. EDF s’était engagé à investir 240 millions d’euros par an à partir de 2006 et jusqu’en 2017. Selon la CRE, EDF n’aurait concrètement déboursé que 170 millions par an entre 2006 et 20098.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter