Bonn: un texte qui suscite les critiques

soleil_04.jpgLe projet de trait� propos� hier lors du premier jour de la conf�rence de Bonn sur le climat a essuy� de nombreuses critiques de la part des participants, pays d�velopp�s comme en voie de d�veloppement. Il servira n�anmoins de base de travail pour les six prochains mois de n�gociation.

Alors que les Am�ricains esp�raient rattraper le temps perdu lors de cette nouvelle rencontre internationale sur la climat, Jonathan Pershing, le chef de la d�l�gation s’avoue d��u par le projet de trait� propos�. “Nous sommes constern�s par la fa�on dont il a �t� structur�“, affirme-t-il. De m�me pour le soudanais Ibrahim Mirghani, qui s’exprimait au nom des Etats en d�veloppement, “ce texte devrait �tre plus �quilibr�“.

De son c�t�, Yvo de Boer, secr�taire g�n�ral de l’ONU pour le changement climatique, se f�licite principalement de la tenue d’une telle r�union six mois avant Copenhague. “Cette r�union repr�sente une avanc�e remarquable (…) Les gouvernements disposent pour la premi�re fois de vrais documents de n�gociation“. Toutefois, il reconnait qu’il “reste bien des n?uds � d�m�ler. Il nous reste moins de 200 jours“.

Un texte d�s�quilibr�

Le projet de trait� final pr�sent� lors de cette r�union propose notamment que les pays d�velopp�s versent 2% de leur produit national brut � la mise en place de projets susceptibles de permettre aux pays �mergents d’affronter les effets du r�chauffement climatique. Les Etats-Unis jugent ce projet d�s�quilibr�, trop en faveur des pays en voie de d�veloppement. Il manque de surcroit l’affirmation claire que ces derniers doivent agir plus fermement contre ce r�chauffement.

A l’inverse, les pays �mergents estiment que ce texte consacre plus de pages aux actions qui peuvent leur �tre demand�es plut�t que celles� visant les baisses d’�missions demand�es aux pays riches. Les pays en d�veloppement demandent aux Etats industrialis�s de r�duire leurs �missions d’au moins 40% sous leur niveau de 1990 d’ici 2020. Cet objectif est bien sup�rieur � ceux actuellement d�battus par ces gouvernements.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter