Les voyageurs d’affaires peu concernés par la question environnementale

british_airways.jpgEgencia, la branche voyage d’affaires du groupe Expedia Inc., a mené au 2e semestre 2008 une étude unique sur un échantillon de 2.400 voyageurs d’affaires en France, Grande-Bretagne, Allemagne, Canada et Etats-Unis. Si globalement, seulement 4% d’entre eux se disent concernés par les enjeux environnementaux, les professionnels français seraient les plus “citoyens”.

Loin derrière celle des “Explorateurs”, des “Hyper-connectés”, et des “Economes”, la tribu des « Ecolos » représenterait la catégorie la moins importante, même si ses perspectives de croissance semblent potentiellement élevées. Selon l’étude Egencia, les voyageurs d’affaires aux considérations écologiques ne représenteraient que 4% des personnes interrogées.

Pour ce groupe de voyageurs responsables, les voyages par avion ne se conçoivent que s’il n’existe aucune autre alternative. Ces voyageurs “verts” s’investissent souvent dans des projets de réduction des émissions de CO2 afin de compenser les impacts de ses voyages sur la planète.

Les Français les plus écolos

Conscients que leurs déplacements génèrent un impact négatif pour la planète, ces voyageurs d’affaires “citoyens” privilégient les mode de transport en commun. L’étude révèle un écart important au sein de cette tribu, entre les français (27%) qui seraient les plus “éco-citoyens”, et les américains (11%) les moins concernés. 24% d’entre eux sont britanniques, 21% allemands et 17% canadiens.

Selon ce sondage, en matière de voyage d’affaires, les professionnels français seraient donc les plus concernés par la question environnementale. Le Grenelle est sans doute passé par là.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter