• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Eau
  • >
  • Les élus du Sédif votent le maintien de la délégation de service public

Les élus du Sédif votent le maintien de la délégation de service public

Sedif.JPGLes élus du Syndicat des eaux d’Ile-de-France, qui étaient invités hier à voter sur le maintien ou non au secteur privé de la gestion du service de l’eau dans la région, se sont exprimés en faveur de cette délégation. Une division du marché en plusieurs lots sera étudiée.

Les élus ont donc adopté par 88 voix contre 54 le maintien de la délégation de service publique confiée à un opérateur privé, Veolia actuellement et depuis 1923. Ils rejettent donc l’idée d’un retour en régie publique comme le souhaitaient les élus de gauche.

Le dernier contrat en date signé avec Veolia, qui expire fin 2010, faisait l’objet de vives critiques émanant d’associations de consommateurs ou d’élus de l’opposition qui dénonçait “une surfacturation” de l’eau francilienne. Suite à une étude commandée par le Sédif, une rénovation du mode de gestion actuel pourrait aboutir à des économies de l’ordre de 35 à 42,5 millions d’euros par an.

Les bienfaits de la concurrence

André Santini, le président du Sédif reste quant à lui très optimiste  s’agissant d’une future baisse des prix, et ce, en raison de la concurrence qui fait rage autour de ce marché. “Veolia, c’est son plus beau contrat (…), ils sont très menacés, et Suez a fait savoir, en montrant les dents, qu’il voulait être candidat. je suis très optimiste“.

Par ailleurs, comme le proposait Suez Environnement dans un courrier adressé aux maires des communes concernées, André Santini s’est engagé à étudier la possibilité de diviser le marché en plusieurs lots et à instaurer “une tarification sociale” de l’eau pour les ménages les plus modestes.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter