Lifting de la 1ère éolienne française

compagnie_vent.jpgAprès 17 années de bons et loyaux services à Port-la-Nouvelle, dans l’Aude, la doyenne des éoliennes de France est encore loin de la retraite. La Compagnie du Vent, Groupe Suez vient de lui offrir une remise en état qui lui permettra de poursuivre sa mission de production d’électricité propre et renouvelable pendant encore de nombreuses années. A l’heure du développement durable et des engagements internationaux en faveur des énergies renouvelables, cette remise à neuf est tout un symbole…

Entre le 21 février et le 21 mars 2008, plusieurs équipes intervenantes se sont activées sur le parc éolien des Corbières Maritimes, à Port-la-Nouvelle, parfois interrompues par des épisodes de grand vent, pour remettre en état la première éolienne de France. Elles ont remplacé le tronçon haut de la tour, ainsi que les fixations de l’éolienne au sol, elles ont consolidé la réparation d’une pale endommagée par la foudre et ont rééquilibré l’ensemble des trois pales. Pour mener à bien toutes ces opérations, l’éolienne a été entièrement démontée, les réparations ont été faites au sol et la machine a été ensuite remontée.

L’éolien, une énergie en plein essor

La première éolienne raccordée au réseau en France a été installée en juillet 1991 par La Compagnie du Vent à Port-la-Nouvelle. A l’époque, l’électricité produite par le vent était inconnue dans l’Hexagone, et le projet un peu fou d’installer une éolienne d’une puissance de 200 kilowatts, composée d’une tour en treillis métallique de 30 mètres de haut et d’un rotor de 25 mètres de diamètre, en a étonné plus d’un.

C’est pourtant ce qu’a fait Jean-Michel Germa, aujourd’hui président de La Compagnie du Vent, et son équipe composée à ce moment-là de deux personnes, donnant ainsi le coup d’envoi de la filière éolienne en France. L’éolienne pionnière avait alors été inaugurée par le ministre de l’Environnement Brice Lalonde.

Depuis, le temps a passé. Le réchauffement climatique est devenu un enjeu majeur de la stratégie énergétique mondiale, et l’énergie éolienne est aujourd’hui en plein essor en France. Notre pays, qui compte 2.500 mégawatts de puissance éolienne installée début 2008, devrait atteindre une puissance de 25.000 mégawatts éoliens en 2020. La Compagnie du Vent, quant à elle, forte de ses 80 salariés, est à la tête d’un parc de production en exploitation et à un stade avancé de construction de 148 mégawatts, dont près de 9 mégawatts autour de son éolienne historique, formant le parc éolien des Corbières Maritimes.

Tout un symbole…

Depuis son installation, la première éolienne de France n’a vécu qu’un événement marquant : elle a été déplacée de quelques dizaines de mètres en 1994 à cause de l’avancée du front de taille de la carrière Lafarge sur laquelle elle est installée. Hormis cette interruption, la doyenne des éoliennes a tourné comme une horloge pendant 17 années. Toutefois, même si les composants de cette machine sont extrêmement fiables et n’ont subi aucune avarie, les pales n’étaient plus équilibrées comme au premier jour, et certains éléments de la tour donnaient des signes de faiblesse. Une remise en état s’imposait.

Jean-Michel Germa, président de La Compagnie du Vent, a déclaré : “La remise en état de cette éolienne historique est avant tout symbolique. En effet, sa production électrique est minime par rapport au rendement des machines dix fois plus puissantes installées de nos jours. Mais la filière éolienne est appelée à jouer un rôle majeur dans l’équilibre énergétique mondial, et La Compagnie du Vent en a été l’initiateur en France. Je suis donc tout particulièrement fier de préserver cet emblème du développement durable“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter