Le CTR, un carburant alternatif pas très “propre”

charbon_1.jpgSelon les organisateurs de la conférence “coal-to-liquid” (CTL) qui se déroule aujourd’hui et demain à Paris, le charbon liquide est un carburant alternatif dont le production reste actuellement très polluante.

Cette technologie peut contribuer à diversifier les approvisionnements” en énergie dans les transports, a indiqué à l’AFP Olivier Appert, président de l’Institut français du pétrole (IFP), partenaire de la conférence.

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), alors que le pétrole représente aujourd’hui 94% de la demande de carburants dans les transports, rares sont les substituts à l’or noir dans ce domaine.

Le charbon, qui est mieux réparti et plus proches des pays consommateurs d’énergie, peut “réduire la dépendance énergétique de plusieurs pays“, a indiqué Serge Périneau, président du comité d’organisation de la conférence.

Une énergie polluante

Le problème est qu’aujourd’hui l’impact négatif de cette source d’énergie sur “l’environnement est un frein majeur” au développement du CTL. En effet, la fabrication de diesel avec du charbon liquide rejette presque deux fois plus de CO2 (environ 850 g par mile) que la fabrication de diesel avec du pétrole (500 g). Selon les estimations de scientifiques américains de l’Union of Concerned Scientists, le CTL rejette 80% d’émissions polluantes de plus que l’essence.

De plus, produire du charbon liquide coûte cher. Selon le département américain à l’Energie, il faut investir entre 3,5 et 4,5 milliards de dollars pour produire 50.000 barils par jour de charbon liquide.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter