Le virus H5N1 a muté

h5n1.jpgHier, des chercheurs américains ont annoncé que la souche du virus H5N1, responsable de la grippe aviaire a muté en une forme qui sera plus à même d’infecter les êtres humains.

Selon le docteur Yoshihiro Kawaoka, virologue à l’université du Wisconsin-Madison, ces changements sont inquiétants. “Nous avons identifié un changement spécifique qui pourrait permettre à la grippe aviaire de se développer dans les voies respiratoires supérieures des humains“, a déclaré Yoshihiro Kawaoka, qui a mené l’étude. “Les virus qui circulent en Afrique et en Europe sont ceux qui sont les plus susceptibles d’infecter les êtres humains“.

L’étude dirigée par Kawaoka publiée par le PLoS Pathogens, publication de la Bibliothèque publique des sciences (Public Library of Science), montre que la totalité des échantillons récemment prélevés sur des oiseaux en Afrique et en Europe porte cette mutation.

Je n’aime pas effrayer la population mais il est important que la communauté scientifique comprenne ce qui est en train de se produire“, a ajouté Yoshihiro Kawaoka.

329 personnes infectées en 4 ans

Depuis 2003, le virus H5N1, qui touche principalement des oiseaux, a infecté 329 personnes dans 12 pays, tuant 201 d’entre elles. Il se transmet très rarement d’une personne à une autre, mais s’il acquiert la capacité de le faire, il pourrait probablement provoquer une épidémie mondiale.

La température corporelle des oiseaux est d’environ 41°C. Celle des hommes, plus faible, est d’environ 37°C, et dans le nez et dans la gorge, voies d’infection virale, elle n’est que de 33°C. “De ce fait, le virus de la grippe aviaire ne se développe normalement pas bien dans le nez ou dans la gorge des humains“, a expliqué Yoshihiro Kawaoka.

La mutation découverte par son équipe permet au virus H5N1 de mieux supporter les températures plus basses des voies respiratoires supérieures des êtres humains. “A l’évidence, il faudra d’autres mutations pour que le virus prenne une forme pandémique“, a ajouté le virologue.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter