• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • L’agence météorologique de l’ONU met en garde contre la crise de l’eau en l’absence de réformes urgentes

L’agence météorologique de l’ONU met en garde contre la crise de l’eau en l’absence de réformes urgentes

La gestion mondiale des ressources en eau est “fragmentée et inadéquate” et les pays devraient adopter de toute urgence des réformes pour augmenter le financement et renforcer la coopération sur les systèmes d’alerte d’urgence avant une crise imminente, a déclaré l’agence météorologique des Nations Unies.

Le changement climatique devrait augmenter les risques liés à l’eau tels que les sécheresses et les inondations, tandis que le nombre de personnes vivant avec un stress hydrique devrait augmenter en raison de la pénurie croissante et de la croissance démographique, a averti le rapport.

Nous devons prendre conscience de la crise imminente de l’eau“, a déclaré Petteri Taalas, secrétaire général de l’Organisation météorologique mondiale des Nations Unies.

‘The State of Climate Services 2021 : Water’, une collaboration entre l’OMM, des organisations internationales, des agences de développement et des institutions scientifiques, estime que le nombre de personnes ayant un accès insuffisant à l’eau dépassera les 5 milliards d’ici 2050 alors qu’il atteignait 3,6 milliards en 2018.

L’OMM appelle à davantage de financement et à une action urgente pour améliorer la gestion coopérative de l’eau, soulignant la nécessité de meilleurs systèmes d’alerte aux inondations en Asie et aux systèmes d’alerte à la sécheresse en Afrique.

Malgré quelques avancées récentes, elle a révélé que 107 pays n’étaient toujours pas sur la bonne voie pour atteindre un objectif de gestion durable de leurs ressources en eau d’ici 2030.

« Quelque 60 % des services météorologiques et hydrologiques nationaux – les agences publiques nationales mandatées pour fournir des informations hydrologiques de base et des services d’alerte au gouvernement, au public et au secteur privé – n’ont pas toutes les capacités nécessaires pour fournir des services climatologiques pour l’eau », révèle le rapport.

Des lacunes qui entrainent des décès de plus en plus nombreux

Petteri Taalas a déclaré lors d’un point de presse que ces “lacunes majeures” dans les données étaient pires en Asie centrale, en Afrique et parmi les États insulaires.

Dans certains cas, a-t-il déclaré, les lacunes dans les informations peuvent s’avérer mortelles, comme lorsque le Zimbabwe a ouvert ses barrages lors du cyclone Idai en 2019, qui a exacerbé les inondations en aval du Mozambique.

C’était un exemple où une meilleure coordination entre le Zimbabwe et le Mozambique aurait évité des pertes“, a-t-il déclaré.

Dans l’ensemble, plus de 300 000 personnes ont été tuées par les inondations et plus de 700 000 par les sécheresses et leur impact sur la production alimentaire, a indiqué l’OMM.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter