• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • En l’absence de public, les Jeux olympiques de Tokyo ont une chance d’être verts

En l’absence de public, les Jeux olympiques de Tokyo ont une chance d’être verts

Pas de fans. Pas de stands de restauration. Pas de bus touristiques ni de réservation d’hôtel. Pour beaucoup, les Jeux olympiques de Tokyo 2020 peuvent sembler peu réjouissants. Mais pour les écologistes, l’approche épurée est exactement ce qu’il faut dans un monde confronté au changement climatique.

Initialement, le comité d’organisation de Tokyo avait estimé que le méga-événement entraînerait des émissions de quelque 2,73 millions de tonnes de dioxyde de carbone qui réchaufferait la planète – plus que ce que les villes de Vancouver ou Melbourne ont déclaré avoir émis en 2019.

Mais sans public, cette empreinte carbone sera réduite de 12%, à environ 2,4 millions de tonnes de CO2, ont déclaré les organisateurs dans un rapport sur la durabilité ce mois-ci.

Combiné aux efforts de réduction, de réutilisation et de recyclage, le comité espère que les Jeux seront parmi les plus écologiques de l’histoire récente.

L’empreinte carbone à Tokyo aurait énormément augmenté” si les fans avaient été autorisés dans les tribunes, a déclaré le sociologue John Karamichas de l’Université Queen’s en Irlande du Nord, qui a étudié les pratiques de durabilité aux Jeux olympiques.

Les organisateurs publieront les chiffres définitifs des émissions après les Jeux.

Les scientifiques considèrent qu’il est essentiel pour le monde de réduire de moitié les émissions mondiales par rapport aux niveaux de 1990 d’ici 2030 et d’atteindre des émissions nettes nulles d’ici 2050, afin d’éviter un changement climatique catastrophique. Les Jeux de Tokyo rappelleront ces objectifs, les prévisionnistes avertissant des températures estivales qui devraient dépasser les 30 degrés Celsius au début des Jeux.

Alors que la décision de Tokyo d’interdire les spectateurs visait à minimiser les risques de coronavirus, John Karamichas a déclaré qu’il espérait que les Jeux créeraient un précédent minimaliste que suivraient les futurs Jeux olympiques.

« D’un point de vue environnemental, il existe un concept selon lequel ce qui est petit est beau », a-t-il déclaré. “C’est la direction dans laquelle nous avançons.”

Des chercheurs ont découvert en avril que les mesures de durabilité avaient généralement diminué au cours des 16 Jeux d’été et d’hiver organisés entre 1992 et 2020, selon une analyse publiée dans la revue Nature Sustainability.

La compétition du carbone

Salt Lake City en 2002 s’est classée la meilleure, tandis que les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016 et les Jeux d’hiver de 2014 à Sotchi se sont classés en dernière position.

Les auteurs ont suggéré que la réduction des effectifs des Jeux olympiques et leur rotation entre les mêmes villes pourraient rendre les Jeux plus durables.

Rio avait estimé que son événement de 2016 entraînerait 3,6 millions de tonnes d’émissions de CO2. Quatre ans plus tôt aux Jeux olympiques de Londres, les arènes à guichets fermés ont représenté un tiers des 3,3 millions de tonnes de CO2 émises, ont déclaré les organisateurs à l’époque.

Paris s’est engagé en 2017 à ce que les Jeux qu’elle accueille en 2024 aient moins de la moitié de l’empreinte carbone de Londres 2012.

Tokyo est sur la bonne voie pour inverser la tendance à la hausse des émissions, et pas seulement en gardant les fans à distance.

Le village des athlètes est alimenté par des sources d’énergie renouvelables au lieu de combustibles fossiles. Les véhicules électriques transportent les gens entre les sites et des matériaux recyclés à partir d’appareils électroniques mis au rebut ont été utilisés pour façonner les médailles convoitées.

En outre, le comité d’organisation de Tokyo a acquis des crédits de carbone d’une valeur de 5,1 millions de tonnes de CO2 auprès des programmes de plafonnement et d’échange d’émissions du gouvernement métropolitain de Tokyo et de la préfecture de Saitama, qui financent les efforts de réduction des émissions dans les usines et les bâtiments publics du pays.

« Les Jeux doivent être un espace pour promouvoir la décarbonisation et la durabilité », a déclaré Masako Konishi, écologiste au WWF Japon et membre du comité de durabilité des Jeux de Tokyo.

« Sinon, nous ne faisons qu’ajouter à la pression sur la planète. »

  • facebook
  • googleplus
  • twitter