De la Chine à l’Allemagne, les inondations exposent la vulnérabilité climatique

Les inondations mortelles qui ont bouleversé la vie en Chine et en Allemagne ont rappelé brutalement que le changement climatique rend les conditions météorologiques plus extrêmes à travers le monde.

 Au moins 25 personnes dans la province centrale chinoise du Henan sont mortes mardi, dont une douzaine coincées dans un métro de la ville alors que les eaux déchiraient la capitale régionale de Zhengzhou après des jours de pluie torrentielle.

Survenant après les inondations qui ont tué au moins 160 personnes en Allemagne et 31 autres en Belgique la semaine dernière, la catastrophe a renforcé le message selon lequel des changements importants devront être apportés pour se préparer à des événements similaires à l’avenir.

« Les gouvernements doivent d’abord se rendre compte que les infrastructures qu’ils ont construites dans le passé ou même les plus récentes sont vulnérables à ces phénomènes météorologiques extrêmes », a déclaré Eduardo Araral, professeur agrégé et codirecteur de l’Institute of Water Policy de la Lee Kuan Yew School of Singapore.

En Europe, le changement climatique est susceptible d’augmenter le nombre de grosses tempêtes qui peuvent persister plus longtemps dans une zone et provoquer des déluges du type de ceux observés en Allemagne et en Belgique, selon une étude publiée le 30 juin dans la revue Geophysical Research Letters.

À mesure que l’atmosphère se réchauffe avec le changement climatique, elle contient également plus d’humidité, ce qui signifie que lorsque les nuages ​​​​de pluie se brisent, davantage de pluie est libérée. D’ici la fin du siècle, de telles tempêtes pourraient être 14 fois plus fréquentes, ont découvert les chercheurs dans l’étude à l’aide de simulations informatiques.

Renforcer les infrastructures

Alors que l’inondation qui a dévasté de vastes étendues de l’ouest et du sud de l’Allemagne s’est produite à des milliers de kilomètres des événements du Henan, les deux cas ont mis en évidence la vulnérabilité des zones densément peuplées aux inondations catastrophiques et autres catastrophes naturelles.

Vous avez besoin de mesures techniques, de renforcement des digues et des barrières contre les inondations. Mais nous devons également remodeler les villes“, a déclaré Fred Hattermann de l’Institut de Potsdam pour la recherche sur l’impact climatique. Il a déclaré que l’accent était de plus en plus mis sur les mesures dites “d’adaptation verte“.

Mais quand il y a de très fortes pluies, tout cela peut ne pas aider, nous devons donc apprendre à vivre avec“, a-t-il déclaré.

Le renforcement des digues et la protection climatique des logements, des routes et des infrastructures urbaines coûteront des milliards. Mais les images dramatiques s de personnes se débattant dans les métros immergés dans l’eau jusqu’à la poitrine à Zhengzhou ou pleurant de peur alors que la boue et les débris balayaient les villes allemandes ont clairement montré le coût de l’inaction.

C’est choquant et je dois dire que c’est effrayant“, a déclaré John Butschkowski, un chauffeur de la Croix-Rouge qui a participé à des opérations de sauvetage dans l’ouest de l’Allemagne cette semaine. “C’est fantomatique, il n’y a personne nulle part, juste des ordures. Et il est inconcevable que cela se produise en Allemagne.”

Un an de pluie en trois jours

Koh Tieh-Yong, météorologue et climatologue à l’Université des sciences sociales de Singapour, a déclaré qu’une évaluation globale des rivières et des systèmes hydrauliques serait nécessaire dans les zones vulnérables au changement climatique, y compris les villes et les terres agricoles.

Les inondations se produisent généralement en raison de deux facteurs combinés: un, des précipitations plus abondantes que la normale et deux, une capacité insuffisante des rivières à évacuer les eaux de pluie supplémentaires collectées“, a-t-il déclaré.

En Chine et en Europe du nord-ouest, les catastrophes ont fait suite à une période de pluies exceptionnellement fortes, équivalentes dans le cas chinois à une année de pluie déversée en seulement trois jours, qui ont complètement submergé les défenses contre les inondations.

Après plusieurs graves inondations au cours des dernières décennies, les zones tampons avaient été renforcées le long des grands fleuves allemands comme le Rhin ou l’Elbe, mais les précipitations extrêmes de la semaine dernière ont également transformé des affluents mineurs comme l’Ahr ou la Swist en torrents redoutables.

Développer des systèmes d’alerte

En Chine, les zones urbaines bâties avec une évacuation de l’eau inadéquate et les grands barrages qui ont modifié le débit naturel du bassin du fleuve Jaune peuvent également avoir contribué à la catastrophe, ont déclaré des scientifiques.

Mais des mesures telles que l’amélioration de la résilience des bâtiments, l’élévation des berges et l’amélioration du drainage ne suffiront probablement pas à elles seules à éviter les effets de graves inondations. En dernier recours, les systèmes d’alerte, fortement critiqués en Allemagne pour ne pas laisser suffisamment de temps pour réagir, devront être améliorés.

Cela doit vraiment être ancré dans les connaissances pratiques que les gens ont pour qu’ils sachent quoi faire“, a déclaré Christian Kuhlicke, chef d’un groupe de travail sur les risques environnementaux et les événements extrêmes au Helmholtz Center for Environmental Research.

Si vous ne pouvez pas retenir l’eau, si vous ne pouvez pas sauver vos bâtiments, assurez-vous au moins que toutes les personnes vulnérables sont déplacées hors de ces endroits.”

  • facebook
  • googleplus
  • twitter