• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Le casse-tête de la durabilité des bouteilles

Le casse-tête de la durabilité des bouteilles

Les grandes marques sont toujours à la recherche d’une solution alternative à la bouteille plastique, mais se cassent la tête avec des solutions qui ne sont pas totalement satisfaisantes.

Les industriels cherchent par tous les moyens à trouver des solutions alternatives à la bouteille en plastique pour répondre aux objectifs de durabilités exigés par les gouvernements, mais également les clients.

Les bouteilles plastique en PET sont le seul exemple existant de recyclage efficient de bouteille à l’échelle industrielle. Une bouteille PET peut être recyclée en une nouvelle bouteille 100% PET. Alors pourquoi s’en passer ?

Les marques continuent malgré tout de sortir du nuage sombre des plastiques et de se positionner sur la « durabilité » en utilisant n’importe quel matériau autre que le plastique, quelles que soient la quantité de ressources et d’énergie qu’il faut pour produire, ce qui s’avère contre-productif et constitue un véritable greenwashing.

Une course parfois insensée

Le verre continue d’être utilisé pour de nombreux types de bouteilles, mais le verre est énergivore à produire, lourd à transporter et nécessite un emballage important pour éviter les bris. De plus, le sable de silice utilisé pour fabriquer le verre est rare, ce qui rend le verre recyclé important malgré l’énergie requise pour faire fondre le verre.

La bouteille en papier pose la question de l’étanchéité. Bien souvent, les verres ou gobelets en papier sont doublés de plastique. De plus, il n’est pas rare d’utiliser du papier non recyclé pour ces bouteilles. Or, aucun arbre ne devrait être abattu pour l’industrie des bouteilles en papier, faute de quoi, le caractère vertueux de la solution est caduc.

Pourtant, les efforts, le temps et l’argent consacrés, jusqu’à présent, aux vaines tentatives de remplacer le plastique par des bouteilles en papier ou des conteneurs en carton se poursuivent. Les principaux propriétaires de marques tels que Coca-Cola et L’Oréal continuent d’ignorer la science et les innombrables analyses du cycle de vie qui ont montré que le plastique était un matériau supérieur et, en fait, le plus “vert”.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter