• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Le climat pourrait payer le prix des centrales nucléaires européennes vieillissent

Le climat pourrait payer le prix des centrales nucléaires européennes vieillissent

Une capacité d’énergie nucléaire équivalente à la fourniture d’énergie de 60 millions de foyers devrait fermer au cours de la décennie à venir, au moment même où les services publics luttent pour remplacer les réacteurs vieillissants du nord-ouest de l’Europe, augmentant ainsi le risque d’émissions de carbone plus élevées.

L’énergie nucléaire fournit environ un quart de la production d’électricité de l’Union européenne, 15 des 27 pays hébergeant 107 réacteurs d’une capacité totale d’environ 100 gigawatts (GW).

Mais 90 des réacteurs européens ont au moins 31 ans en décembre 2020, comme le montrent les données du rapport sur l’état de l’industrie nucléaire mondiale de cette année.

En moyenne, ils ont été conçus pour durer 40 ans. Des données précises sur le déclassement sont difficiles à obtenir car les plans peuvent être révisés à mesure que les conditions économiques changent.

Le cabinet de conseil Timera Energy indique que d’ici 2030, les calendriers réglementaires indiquent l’équivalent de 29 GW de fermetures nucléaires dans sept pays européens (Belgique, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas et Espagne). En supposant que certaines centrales obtiendront des extensions, Timera Energy estime qu’environ 21 GW de cette capacité seront mise hors ligne.

Bien que les militants antinucléaires disent que le processus de construction d’une centrale nucléaire n’est pas décarbonée, l’énergie nucléaire ne produit pas d’émissions directes de dioxyde de carbone et les énormes volumes d’énergie atomique produits sont difficiles à égaler par d’autre biais.

Le report du renouvelable vers le fossile

« Nous avons beaucoup d’énergies renouvelables en cours de construction, mais ce que nous verrons probablement, à la fermeture des centrales nucléaires, c’est une plus grande volatilité de l’offre », a déclaré Tom Greatrex, directeur général de l’association de l’énergie nucléaire du Royaume-Uni.

« Nos émissions d’électricité pourraient bien augmenter à partir du milieu de cette décennie, car les principaux bénéficiaires des fermetures nucléaires seront probablement les centrales à gaz », a-t-il ajouté.

Le charbon est également toujours utilisé comme réserve malgré son intensité carbone.

L’Allemagne, qui a pris la décision politique d’accélérer la fermeture de sa capacité nucléaire de plus de 20 GW d’ici 2022 à la suite de la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, autorise les centrales à charbon à rester ouvertes jusqu’en 2038, tout en continuant à augmenter ses sources renouvelables.

De plus en plus, l’industrie se tourne vers l’hydrogène pour éliminer la dépendance résiduelle à l’énergie à base de carbone, mais la technologie est toujours en développement.

« Les arguments sur le passage à 70% -80% d’énergies renouvelables ont été largement abordés, mais il reste environ 20% de production et de stockage saisonnier qui sont moins certains », a déclaré Antony Froggart, chercheur principal à Chatham House.

« L’hydrogène semble pouvoir être la réponse, mais ce n’est pas encore prêt, donc il y a encore un point d’interrogation sur ce qui peut combler le vide », a-t-il ajouté.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter