• Accueil
  • >
  • Général
  • >
  • Faire pipi dans la piscine serait dangereux pour la santé

Faire pipi dans la piscine serait dangereux pour la santé

Attention, faire pipi dans la piscine peut se révéler plus dangereux qu’on ne le pense. Suite à une réaction chimique liée à la présence de chlore dans l’eau des piscines, cette pratique déjà peu civique et peu hygiénique peut en effet se révéler toxique pour les nageurs, les exposant à des problèmes respiratoires.

n savait déjà que faire pipi dans la piscine n’était pas une habitude à prendre. Mais au-delà du manque de civisme et d’hygiène d’une telle habitude, on apprend dans le journal Environmental Science & Technology, que cette pratique pourrait se révéler également dangereuse pour les nageurs, à cause d’une réaction chimique entre l’acide urique contenu dans l’urine et le chlore présent dans l’eau de la piscine.

Si les nageurs pouvaient éviter d’uriner dans les piscines, alors la qualité de l’air et de l’eau serait améliorée“, indiquent les auteurs de l’étude, des chercheurs de l’université agricole de Chine et de l’université américaine de Purdue. L’acide urique et le chlore ne devraient pas être mélangés, sous réserve de produire des gaz toxiques. Plus concrètement, sous l’effet du chlore, l’urine va dégager de la trichloramine ainsi que du chlorure de cyanogène, deux substances nocives pour le coeur, les poumons et le système nerveux.

Chlorure de cyanogène et trichloramine

L’acide urique serait ainsi à l’origine de 24 à 68% (en fonction du pH de l’eau, et de la concentration en chlore) du chlorure de cyanogène présent dans les échantillons d’eau prélevées pour l’étude. C’est la première fois que l’on démontre que cet acide urique soit à l’origine de la présence de chlorure de cyanogène, et il provient à 93% de l’urine, le reste venant de la sueur des nageurs. Or ce chlorure est connu pour ces effets sur le système nerveux et le coeur humain.

Quant à la trichloramine, elle est à l’origine de problèmes respiratoires mais aussi des yeux qui piquent, du nez qui coule, et d’une perte de voix chez les nageurs. Chez des nageurs, il a d’ailleurs été constaté des inflammations similaires à celles observées chez les personnes atteintes d’asthme. A tel point que certaines études ont montré un lien entre asthme infantile et la natation en piscine intérieure.

Deux verres d’urine par personne

Le problème est donc réel, d’autant que selon une étude antérieure, un nageur moyen produirait l’équivalent de deux verres d’urine à chaque bain. Cette envie pressante de pipi serait causée par la différence de température entre l’air extérieur et l’eau de la piscine. Mais, rien ne justifie qu’on ne sorte pas de l’eau pour satisfaire ce besoin.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter