Pas de lien entre dépression et survenue d’un cancer

Des chercheurs de l’Inserm ont exploré les liens entre dépression et survenue d’un cancer. Et, contrairement à ce que certains avaient suspecté, les résultats à paraître dans The American Journal of Epidemiology ne montrent aucune association significative entre le fait d’avoir connu des symptômes dépressifs au cours de sa vie et la survenue ultérieure d’un cancer.

L’impact de la dépression sur la survenue d’un cancer a longtemps été suspecté sans pour autant qu’aucune étude ne vienne confirmer ou infirmer cette hypothèse de manière certaine. Ces liens ont été explorés par Cédric Lemogne dans l’équipe de Marie Zins (Unité mixte de recherche 1018 « Centre de recherche en Épidémiologie et santé des populations» Inserm, AP-HP, Université Versailles Saint-Quentin) sur 14 203 personnes suivies entre 1994 et 2009 parmi lesquelles 1119 ont développé un cancer diagnostiqué par un médecin. Toutes les absences pour dépression certifiées par des médecins ont été collectées ainsi que plusieurs questionnaires mesurant l’humeur dépressive.

Etre déprimé n’expose pas à un risque accru

Les résultats à paraitre dans The American Journal of Epidemiology ne montrent aucune association significative entre le fait d’avoir connu des symptômes dépressifs au cours de sa vie et la survenue ultérieure d’un des 5 types de cancer suivis dans cette étude (prostate, sein, côlon, cancer associé au tabac, et cancer des organes lymphoïdes ou hématopoïétiques). Etre déprimé n’expose donc pas à un risque accru de cancer.

En revanche, l’annonce d’un cancer peut susciter des symptômes dépressifs. Au-delà des résultats de cette étude, les chercheurs soulignent qu’il est nécessaire de rassurer les patients. “Combien de fois peut-on entendre l’entourage leur dire « il faut te battre, être fort pour vaincre le cancer ». Comme s’il était anormal voire dangereux de se sentir abattu. Je crois que les patients ne doivent pas s’inquiéter s’ils se sentent déprimés. Ce qui est important, c’est de bien suivre tous les traitements : contre le cancer d’une part et contre la dépression d’autre part”, précise Cédric Lemogne.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter