Attention, manger trop salé peut se révéler mortel

hamburger fritesUne nouvelle étude américaine publiée lundi dans le Journal of the American Medical Association, révèle que la teneur en sel trop importante des aliments industriels et de la restauration rapide serait à l’origine de 150.000 morts par an outre-Atlantique. Les spécialistes demandent  alors une réglementation très claire sur le sujet.

Une consommation excessive de sel serait donc à l’origine du décès de 150.000 personnes chaque année aux Etats-Unis. C’est la conclusion d’une étude menée par le Dr Stephen Havas, professeur de médecine préventive à l’Université Northwestern dans l’Illinois. Selon lui, si près de 90% des Américains souffrent à un moment de leur vie d’hypertension artérielle à divers degrés, l’alimentation trop salée en serait la principale cause. Et  cette hypertension provoque les accidents vasculaires et cardiaques, responsables de 150.000 décès.

Vive le “fait maison” !

Le Dr Havas pointe alors du doigt l’industrie agroalimentaire lui reprochant sa lenteur à mettre en place certains changements. Selon lui, de “fortes teneurs en sel sont dans l’intérêt de l’industrie alimentaire en dissimulant la saveur d’ingrédients qui ne sont pas souvent de la meilleure qualité“. “En outre, des aliments salés donnent soif et font boire davantage de soda et d’alcool, ce qui profite aussi à l’industrie“, ajoute-t-il. Or, 80% de la consommation quotidienne de sel aux Etats-Unis provient des aliments industriels ou de la restauration. De son côté, la cuisine maison respecte les doses recommandées par la Food and drug Administration, soit 2.300 milligrammes par jour (1.500 pour les personnes souffrant d’hypertension).

Donc pour respecter cette recommandation, les Américains devraient prendre tous leurs repas chez eux. Or, cela n’étant pas possible pour une majorité d’entre-eux, le Dr Havas estime que c’est la FDA qui “doit réglementer l’industrie alimentaire comme le recommande l’Institut américain de médecine et d’autres“.  Dans un rapport d’experts publié le 20 avril dernier à la demande de la FDA, l’Institut de Médecine recommande en effet lui aussi l’imposition de normes fédérales sur la teneur en sel dans les aliments industriels, des restaurants et des entreprises de restauration.”Si on réduisant de 20% par an la teneur en sel des aliments, personne ne s’en rendrait compte” ajoute le Dr Havas.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter