Les gynécologues en guerre contre les échograhies “commerciales”

Après le développement des échographies “3D”, destinées plus souvent à offrir un souvenir aux futurs parents qu’à assurer un véritable suivi médical de la grossesse, les gynécologues français ont décidé de pousser un coup de gueule. Au-delà du côté commercial de l’acte, ils déplorent l’exposition inutile du f?tus aux ultrasons.

Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français, le CNGOF, a donc décidé aujourd’hui de pousser un véritable “coup de gueule” contre les échographies à visées commerciales offertes aux futurs parents. “Il suffit de cliquer sur Internet pour trouver des offres commerciales d’échographies pour les femmes enceintes (…) On leur propose, à Paris et dans 4 à 5 villes de province, pour des prix variant de 60 à 140 euros, des échographies en 3 ou 4 dimensions avec video” explique-t-il dans un communiqué.

Des effets pas anodins

Si ces échographies n’ont aucune finalité médicale, à l’inverse des échographies de contrôle menées tout au long de la grossesse dans le cadre des examens de suivi, elles exposent néanmoins inutilement pendant une demi-heure, les foetus à des ultrasons. Le CNGOF précise par ailleurs que cette exposition “se focalise sur la face et les organes génitaux” là où l’échographie de contrôle déplace le faisceau d’ultrasons brièvement dans chaque zone. “Les effets thermiques et mécaniques des ultrasons ne sont pas forcément anodins” ajoutent les spécialistes.

Les gynécologues et obstétriciens demandent alors que les échographies soient confiées uniquement aux médecins et sage-femmes, et attendent la modification  de la loi en ce sens.”Faudra-t-il attendre que l’on publie des cas d’effet délétère des fortes expositions des foetus aux ultrasons pour faire cesser ces pratiques commerciales” conclut le Pr Lansac, président du CNGOF.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter