Marée noire : un 11 septembre écologique

Dans le cadre de sa quatrième visite depuis l’explosion de la plate-forme BP dans le golfe du Mexique, Barack Obama a comparé la marée noire qui souille les côtes de la Louisiane de 11 septembre écologique.

Interrogé par le quotidien Politico lors de sa visite au Mississippi hier, le président américain a donc comparé l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon de BP à celle des tours jumelles de New-York le 11 septembre 2001. Selon lui, si les attentats du 11 septembre ont modifié la politique étrangère américaine, celle de la plate-forme BP et la marée noire consécutive à cette explosion “va nous pousser à repenser notre politique environnementale et énergétique” explique-t-il. Barack Obama estime en effet que c’est désormais le moment “d’effectuer la transition” vers de nouvelles sources d’énergies.

Lors de son périple qui l’a mené du Mississippi en Alabama, puis en Floride, autant de régions touchées par la catastrophe, le président a appelé les Américains à ne pas négliger ces États et à continuer à venir faire du tourisme sur cette zone, précisant que de nombreuses plages ne sont pas touchées par la catastrophe. Il a également soutenu les pêcheurs avec lesquels il a partagé un plateau de fruits de mer, leur assurant qu’à terme, “la côte du Golfe sera encore en meilleur état qu’auparavant“.

Mais, pour l’heure, l’urgence réside encore dans le colmatage du puits duquel continue encore de s’échapper du pétrole. Grâce à son “entonnoir” BP annonce parvenir à récupérer l’équivalent de 15.000 barils par jour et espère atteindre les 50.000 barils d’ici fin juin. Selon les autorités américaines, ce sont entre 20.000 et 40.000 barils qui s’échappent encore chaque jour dans les eaux du golfe du Mexique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter