FNE fait l’état des lieux de la gestion des déchets dangereux en France

La fédération écologiste France Nature Environnement vient de publier un nouveau rapport, “Expertise sur la planification régionale et la gestion des  déchets dangereux”, résultat d’une étude des plans de prévention et de la gestion des déchets dangereux de l’Etat.

Dans ce rapport, FNE recense donc 10 régions sur 26 qui ne disposent pas de plans d’élimination des déchets dangereux. L’étude qui porte alors sur les 16 régions disposant d’un plan d’élimination des déchets dangereux, déplore des manques de planification et de suivi dans l’exécution des ces plans. Par ailleurs, en raison d’un réel manque de centres de stockage des déchets dangereux, il demeure difficile d’identifier et de quantifier les gisements de ces déchets.

FNE constate également avec surprise que de grandes régions productrices de déchets dangereux ne disposent toujours pas de centre de stockage. C’est ainsi le cas dans le Nord-Pas-de-Calais ou encore en région PACA, Aquitaine ou Rhône-Alpes. Pour expliquer cet état de fait, FNE pointe du doigt le manque de moyens financiers et humains accordés à ce type de projets.

La solution passe par la prévention

La fédération demande donc aux régions d’être, au travers des Plans Régionaux d’Elimination des Déchets Dangereux,  des moteurs dans la prévention des déchets dangereux. Pour cela elles peuvent promouvoir et soutenir le développement de technologies qui génèrent moins de déchets dangereux, mais aussi des actions de formation et d’information. Pour être efficace, le volet «prévention» du PREDD devrait être assorti d’objectifs et de moyens précis, en particulier sur les actions à entreprendre et leurs coûts, le calendrier de mise en ?uvre ainsi que sur les indicateurs de suivi.

Les plans reconnaissant eux-mêmes la difficulté à obtenir des chiffres précis concernant les déchets dangereux, la meilleure solution serait la mise en place d’observatoires dans chaque région, au minimum dans les régions avec des activités industrielles importantes.

Enfin, FNE rappelle qu’une nouvelle filière des déchets dangereux spécifiques (provenant des ménages et assimilés) verra le jour au plus tard janvier 2011, un projet de décret étant en cours. Il est important que la planification régionale permette d’optimiser cette filière, entre autre en réduisant les transports des déchets collectés et en utilisant les sites existants sur le territoire.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter