Greenpeace investit 4 centrales à charbon italiennes

Greenpeace dans les Abbruzes

Greenpeace dans les Abbruzes

Alors que la région italienne des Abruzzes accueille actuellement les représentants des pays membres du G8, une centaine d’activistes de Greenpeace occupent 4 centrales à charbon à travers l’Italie. Ils exigent des chefs d’Etat présents à Aquila qu’ils prennent la tête de la lutte contre les changements climatiques.

Tôt hier matin, des activistes de 18 nationalités se sont donc enchainés à des convoyeurs de charbon, des cheminées ou des grues dans les centrales à charbon de Brindisi, de Marghera (près de Venise), de Vado Ligure (près de Gênes) ainsi que dans la centrale de Porto Tolle.

Des français participent à cette action d’envergure, notamment sur la centrale de Brindisi, la plus importante et la plus émettrice de CO2 de toute l’Italie. Greenpeace entend l’empêcher de polluer en bloquant le charbon sur les tapis roulant dans la centrale.

Pour Cédric, activiste français, “nous sommes ici pour concrètement bloquer le fonctionnement de cette centrale à charbon et adresser un message clair et fort aux leaders du G8 qui se rassemblent en Italie. On tiendra le plus longtemps possible. Les leaders du G8 doivent assumer leurs responsabilités et leur « dette climatique ». Ils doivent s’engager à réduire de 40% les émissions de gaz à effet d’ici à 2020“.

Encore 30% des émissions de CO2 dans le monde

Selon le militant de Greenpeace “Le charbon, c’est la matière première du changement climatique, qui représente encore 30 % des émissions de CO2 mondiales. Cette centrale émet 14 millions de tonnes de CO2 par an. Des sites aussi polluants ne devraient plus exister. Il est temps que les pays du G8 fassent la preuve de leur volonté de stopper le dérèglement du climat et s’engagent dans la bonne voie”.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter