Biodiversité : les députés reconnaissent la valeur du vivant

Ecureuil.JPGDans le cadre du projet de loi du Grenelle de l’environnement I, l’Assemblée nationale vient de voter deux articles importants pour la protection de la biodiversité, à la grande satisfaction des associations écologiques.

La fédération France Nature Environnement, la Ligue pour la protection des oiseaux et la Ligue ROC “prennent acte avec satisfaction” du vote par les députés des objectifs fondamentaux pour la protection de la nature qui avaient retenu par le Grenelle. Concrètement, les parlementaires ont voté pour la création d’un mécanisme de compensation de la biodiversité et d’une trame verte et bleue.

Donner une valeur au vivant

Dans sa rédaction issue d’un amendement de M Jacob, l’article 20 inscrit dans la loi la création d’un principe de compensation de la biodiversité dont le contenu devra être précisé par décret. Pour la fédération FNE, ce principe pourrait “transformer profondément le rapport de l’homme à la nature“.

Avec la création du principe de compensation de la biodiversité, il s’agit ne plus penser l’environnement comme le seul coût que représente sa protection, mais désormais au coût de sa destruction, et pas seulement dans le cas d’une trame verte et bleue. La fédération écologique rappelle que ce principe est pourtant né il y a déjà plus de 40 ans, dans une loi de 1976, restée sans lendemain.
FNE souligne qu’elle participe aux travaux de la filiale « CDC Biodiversité » de la Caisse des dépôts et consignations, pour encadrer la compensation et interdire toute dérive vers la création d’un éventuel droit à détruire la nature.

Création d’une trame verte et bleue

Fortement engagées dans ce combat, les associations écologiques se réjouissent également de l’article 21 du projet de loi qui prévoit la création d’une trame verte et bleue. L’objectif du dispositif est de permettre d’assurer la circulation de la faune et de la flore sur tous les territoires. “La création de continuités écologiques, sortes d’autoroutes de la nature, changera profondément nos politiques d’aménagement du territoire et le rapport de l’homme à la nature“. selon la fédération FNE.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter