Second rapport sur la biodiversité

Marais_Poitevin.JPGA l’occasion de la journée mondiale de la biodiversité du 22 mai, le Gouvernement a présenté un deuxième rapport sur la mise en ?uvre des engagements nationaux pour enrayer l’érosion de la biodiversité d’ici 2010.

Jean-Louis Borloo explique que “la perte de biodiversité constitue, avec le changement climatique, l’autre menace environnementale majeure posée à l’humanité. Le rapport 2007 fait le point de l’avancée des chantiers destinés à inverser l’érosion de la biodiversité d’ici 2010 comme à valoriser les territoires par une gestion concertée et contractualisée du patrimoine naturel. Beaucoup reste à faire, mais l’engagement français, renforcé lors du Grenelle Environnement est déjà important. Un effort budgétaire sans précédent, en progression en 2008 de plus de 30% et qui se poursuivra à long terme en est une des illustrations majeures“.

Ce 2ème rapport fait un point à mi-parcours sur la mise en ?uvre de la Stratégie nationale pour la biodiversité et des 10 plans d’action sectoriels qui la déclinent dans tous les domaines d’activité, et met en évidence des avancées notables.

Des mesures concrètes

Ainsi, le compte-rendu du ministère nous explique que deux parcs nationaux outre-mer, un parc naturel marin et sept réserves naturelles nationales viennent compléter le réseau des espaces protégés et le réseau Natura 2000 terrestre a été stabilisé. Des actions de lutte contre les espèces envahissantes sont lancées et la réactualisation des listes rouges est en cours. La construction du système d’information sur la nature et les paysages permet de consolider la connaissance opérationnelle sur la biodiversité. De nouvelles mesures agro-environnementales favorables à la biodiversité sont inscrites dans le programme de développement rural de la France pour la période 2007-2013.

Le rapport pointe enfin des marges de progression concernant l’intégration de la biodiversité dans les politiques sectorielles, notamment en matière d’urbanisme, de report modal et de planification des infrastructures. Il illustre à ce titre tout l’enjeu d’un grand ministère du développement durable intégrant l’ensemble de ces problématiques.

L’effet Grenelle

Les engagements du Grenelle Environnement sont venus renforcer la stratégie nationale pour la biodiversité. Ils complètent le programme d’actions pour la biodiversité d’ici à 2010, notamment par la mise en place d’une trame verte et bleue, la constitution du réseau Natura 2000 en mer et la création d’aires marines protégées, le lancement de plans de restauration pour les espèces en danger critique d’extinction, et la consolidation du dispositif de lutte contre les espèces envahissantes.

L’impulsion nouvelle donnée aux plans locaux outre-mer permettra une action à la hauteur des enjeux majeurs de biodiversité de ces territoires. En particulier, la montagne de Kaw, reconnue comme patrimoine naturel exceptionnel, a été préservée. La création de la Fondation française pour la recherche sur la biodiversité ainsi que la négociation d’un mécanisme international d’expertise sur la biodiversité (IMOSEB) permettront de renforcer la connaissance.

L’action de la France à l’international en matière de biodiversité se voit enfin renforcée en particulier en matière de lutte contre la déforestation ou encore de prise en compte de la biodiversité dans l’aide au développement.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter