Promouvoir l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables

biocarburants_ue.jpgDans le cadre de ses initiatives visant à lutter contre le changement climatique, la Commission européenne a créé un Fonds, le Geeref (Fonds mondial pour la promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables), afin de mobiliser l’investissement privé dans des projets liés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables dans les pays en développement et les économies en transition. La Commission dopera ce Fonds destiné aux projets de petite envergure par une contribution de 80 millions d’euros sur les quatre prochaines années.

Aujourd’hui, quelque 1,6 milliard de personnes vivant dans les pays les plus pauvres de la planète n’ont toujours aucun accès permanent à des services énergétiques fiables. Parallèlement, les instigateurs des projets de promotion de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables peinent à attirer des capitaux commerciaux, le manque de capital-risque étant une préoccupation croissante. Ce Fonds, espère-t-on, mobilisera les financements privés, dans les petits projets en particulier, ce qui aura pour effet d’accélérer la mise au point, le transfert et le déploiement de technologies respectueuses de l’environnement et contribuera ainsi à approvisionner les populations des régions les plus pauvres du monde en énergie sûre et non polluante.

Pour expliquer les motivations qui ont présidé au lancement de ce Fonds, M. Louis Michel, membre de la Commission chargé du développement et de l’aide humanitaire, et M. Stavros Dimas, membre de la Commission chargé de l’environnement, ont déclaré: “Les pays en développement doivent avoir accès à une énergie non polluante à un prix abordable: c’est un préalable au développement durable. Ce Fonds favorisera les investissements privés et deviendra une véritable source de développement durable, en particulier pour l’Afrique“.

Mobiliser les investissements

Le but du Geeref est d’aider à surmonter les obstacles à l’investissement en offrant de nouvelles possibilités de partage des risques et de cofinancement, afin de mobiliser les investissements nationaux et internationaux. Ce Fonds mondial de capital-risque innovant fera un usage modéré de l’argent public pour mobiliser l’investissement privé dans des petits projets liés à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables dans les pays en développement et les économies en transition. La priorité ira au déploiement de technologies respectueuses de l’environnement ayant déjà fait leurs preuves sur le plan technique.

Ce Fonds est la première initiative concrète dérivant de “l’initiative européenne en faveur d’une énergie propre et renouvelable, de l’efficacité énergétique et de la lutte contre le changement climatique dans le cadre du développement“. Par ce Fonds, la Commission donne suite à ses engagements de lutter contre le changement climatique et de transférer les technologies propres vers les pays en développement. L’Union européenne se conforme ainsi à l’accord adopté à Bali, qui prévoit que les négociations relatives à un cadre global pour les changements climatiques seront achevées d’ici la fin de 2009.

Mode de fonctionnement du Geeref

Le Geeref investira dans des sous-fonds régionaux pour la région Afrique, Caraïbes et Pacifique (région ACP), l’Afrique du Nord, les pays d’Europe de l’Est non membres de l’UE, l’Amérique latine et l’Asie. L’accent sera mis sur les investissements d’un montant inférieur à 10 millions d’euros, ceux-ci étant le plus souvent ignorés par les investisseurs commerciaux et les institutions financières internationales.

La Commission a l’intention de doter le Geeref de 80 millions d’euros pour la période 2007-2010, afin de donner un coup de fouet à cette initiative. La dotation initiale totale par les sources publiques et commerciales devrait être comprise entre 150 et 200 millions d’euros, ce qui devrait permettre de mobiliser au moins 300 millions d’euros de capital-risque supplémentaire, voire, à plus long terme, jusqu’à 1 milliard d’euros. À ce jour, plusieurs États membres de l’Union européenne et de l’Espace économique européen ont d’ores et déjà fait part de leur intérêt à contribuer à ce Fonds.

Cette initiative, soutenue par le Parlement européen, est mise en ?uvre avec le soutien du Fonds européen d’investissement.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter