Air Liquide teste l’oxy-combustion pour réduire les émissions de CO2

airliquide.JPGAir Liquide est partie prenante de nombreux projets de recherche à grande échelle en Europe et en Amérique du Nord, et teste les procédés utilisant de l’oxygène (dénommés “oxy-combustion”) afin de réduire les émissions de CO2 de l’industrie.

Certains de ces projets testent des technologies qui permettent de capturer le CO2 dans les fumées émises lors de la combustion. L’oxy-combustion est une solution prometteuse pour réduire les émissions de CO2 issues des activités industrielles traditionnelles, comme les centrales électriques au charbon, les hauts fourneaux ou les cimenteries.

Utiliser de l’oxygène à la place de l’air pour la combustion du charbon ou d’autres combustibles permet d’obtenir des émissions contenant du CO2 relativement pur, prêt à être capturé, stocké ou utilisé directement (par exemple pour la récupération assistée du pétrole). Air Liquide fournit l’oxygène, son expertise dans l’ingénierie et la combustion, de même que les équipements pour la mise en ?uvre de façon sûre et efficace de l’oxygène pendant les tests.

En Europe, Air Liquide est partenaire de Total dans le cadre du projet Lacq, dans le sud de la France, qui vise à démontrer la faisabilité de la capture et du stockage du CO2 dans les anciens gisements de gaz naturel. Le projet comprend la transformation d’une chaudière existante de 30 Mégawatt, afin de pouvoir l’utiliser pour l’oxy-combustion. Air Liquide fournit à Total ses brûleurs développés pour ce projet ainsi que l’oxygène (environ 240 tonnes par jour), à partir d’une unité de production sur le site.

“Faire de l’énergie propre une réalité”

En Amérique du Nord, sur le site de test d’Alliance (Ohio) de Babcock & Wilcox Power Generation Group (B&W PGG), appelé Clean Environment Development Facility, B&W PGG et Air Liquide ont exploité avec succès une unité de 30 Mégawatt dans un mode de combustion à l’oxygène pur (un record mondial jusqu’ici). La prochaine phase de test utilisera différents types de charbon (subbitumineux, lignite et charbon du bassin Powder River dans le Montana et le Wyoming) et des conceptions originales de l’usine. A l’issue de ce test, Air Liquide et B&W PGG ont l’intention de mettre en ?uvre cette technologie dans une usine de démonstration de plus grande taille où plus d’un million de tonnes de CO2 pourraient être capturées chaque année.

François Darchis, membre du Comité Exécutif du groupe Air Liquide, Directeur supervisant la R&D, a déclaré : “Ces partenariats témoignent de notre engagement pour faire de l’énergie propre une réalité. Au niveau mondial, l’oxy-combustion deviendra une technique indispensable pour réduire les émissions de CO2 issues de la combustion du charbon et d’autres combustibles. Air Liquide est fier de participer à des programmes de Recherche & Développement comme ceux-ci. Nous contribuons ainsi à aider la communauté industrielle mondiale à réduire les émissions de CO2”.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter