Réchauffement climatique : 190 pays réunis à Bali

pollution_fumee_usine.jpg10.000 représentants de quelque 190 pays sont réunis à Bali, en Indonésie, jusqu’au 14 décembre pour arriver à un nouvel accord international d’ici fin 2009, pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Vous avez d’un côté un signal très clair de la communauté scientifique qui nous dit ce qu’il faut faire, et ce qu’il faut faire tout de suite“, a déclaré Yvo de Boer, secrétaire exécutif de la conférence. “Ma question pour les ministres qui vont arriver ici (…) sera: ‘quelle va être votre réponse’“?

Cette réunion répond à une urgence désormais sans précédent. (…) Nous avons deux semaines très remplies qui s’annoncent, deux semaines au cours desquelles les gouvernements ont une occasion cruciale de fournir les réponses politiques à ce que nous dit la communauté scientifique“.

Nous voyons déjà de nombreuses conséquences du réchauffement climatique“, a-t-il ajouté, énumérant la fonte des glaciers, les sécheresses et l’élévation du niveau de la mer. “Nous avons emprunté un chemin très dangereux“.

Réduire les émissions de GES

L’objectif de la conférence sera de lancer des négociations en vue de l’accord climatique qui succèdera au protocole de Kyoto après 2012 et de définir un calendrier pour les pourparlers. Selon Yvo De Boer, un accord doit être trouvé avant fin 2009 pour que le système soit en place à temps pour l’expiration du protocole de Kyoto, en 2012.

Adopté en 1997 par 175 pays, le protocole de Kyoto prévoit que 36 pays industrialisés réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre de 5% en moyenne d’ici 2010, par rapport aux niveaux de 1990.

La première chose que devraient faire les pays riches serait de balayer devant leur porte et de commencer à réduire leurs émissions“, a déclaré à Reuters, Rajendra Pachauri, président du Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC).

L’Union européenne, qui s’est déjà engagée à réduire de 20% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020 par rapport à leur niveau de 1990, a précisé que tous les pays devaient prendre des engagements ambitieux à Bali. Pour Arthur Runge-Metzger, qui conduit la délégation de l’Union européenne, “nous avons besoin de vraies négociations à Bali“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter