La Grande-Bretagne construira la plus grande centrale de biomasse

bois_foret.jpgLe gouvernement britannique a autorisé la construction de la plus grande centrale électrique à base de biomasse au monde au Pays de Galles, pour 558 millions d’euros.

John Hutton, secrétaire d’Etat britannique à l’Energie, a donné l’accord du gouvernement pour la construction d’une usine à biomasse à Port Talbot, petite ville côtière au sud du Pays de Galles. “Cela va être la plus importante usine à biomasse du monde, générant suffisamment d’énergie propre pour alimenter la moitié des foyers au Pays de Galles“, a-t-il déclaré.

Dès 2010, l’unité de Port Talbot, alimentée par des copeaux de bois en provenance de forêts nord-américaines gérées selon les principes du développement durable, devrait produire 350 MW chaque année.

La société Prenergy Power, à l’origine du projet, a précisé que contrairement à l’éolien ou au solaire qui produisent pendant 25% à 30% de l’année, la technique de biomasse permet d’assurer une production toute l’année.

La compagnie, qui a également indiqué qu’il y avait un équilibre entre la quantité de CO2 qui sera produite par l’usine et celle qui sera absorbée par les arbres lors de leur croissance, a précisé que cette usine à biomasse évitera les émissions qui auraient été produites par une usine électrique alimentées avec des sources d’énergie fossile.

Opposition de la communauté locale

Cependant, ce projet a rencontré l’opposition de membres de la communauté locale qui s’inquiètent notamment de la création d’un nouveau site industriel. L’organisation écologique Les Amis de la Terre “est en principe en faveur des usines à biomasse (…) mais nous ne soutenons pas ce projet car il est à un mauvais endroit“, a déclaré à l’AFP Neil Crumpton, en charge des questions énergétiques.

Même si la pollution est faible, le secteur autour de l’usine est déjà plus pollué que la moyenne“, a-t-il ajouté. Il regrette également que cette installation ne produise que de l’électricité alors que d’autres infrastructures de ce type produisent aussi du chauffage.

Doug Parr, responsable scientifique de Greenpeace UK, a fait part des mêmes regrets que Neil Crumpton. Il ajouté que l’importation du bois nord-américain l’inquiétait.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter