Le WWF dit non au bois illégal

bois_foret.jpgLe WWF France révèle aujourd’hui, dans le cadre de sa campagne «Je dis non au bois illégal. En achetant du bois, faites le bon choix», les résultats de l’étude des produits bois issus d’Afrique centrale revendus sur le marché français.

Le WWF France estime que 39% des importations françaises de bois tropical (tous pays confondus) seraient d’origine illégale et la France se situe au premier rang européen des importateurs de bois en provenance des pays du bassin du Congo.

L’Organisation mondiale de protection de l’environnement a enquêté auprès de 8 enseignes du bricolage, de la construction et de l’ameublement : Casa, Castorama, Ikea, Leroy Merlin, Bricorama, Bricomarché, Habitat et Point P. Ces bois sont notamment utilisés dans la construction et la menuiserie pour la fabrication de portes, fenêtres, parquets, escaliers, contreplaqués et autres panneaux.

L’analyse de trois principaux critères – le pourcentage de produits avec le label FSC, la notification du pays d’origine et le nom latin de l’essence d’arbre ? a révélé que sur l’ensemble de l’offre :

– Plus de 70 % des produits ne présentent pas d’indication de leur origine
– Plus de 90 % des produits n’ont pas d’indication sur le nom scientifique de l’essence
– Seulement 13 % des produits possèdent le label FSC

Des résultats particulièrement décevants

Ces résultats sont particulièrement décevants, commente Philippe Delétain, chargé du programme «Forêts tropicales» au WWF-France, spécialement au regard des engagements pris par la France et les professionnels de la filière en termes d’information environnementale sur les étiquettes des produits et d’approvisionnement responsable“.

Par cette campagne, le WWF France souhaite notamment sensibiliser le gouvernement et les collectivités, qui utilisent ¼ des importations françaises de bois africain, et les entreprises aux efforts et à la dynamique qui sont désormais engagés par plusieurs concessionnaires forestiers en vue d’obtenir une certification FSC. Afin de soutenir cette dynamique, il est plus que temps de respecter les engagements pris et d’exiger les informations indispensables sur les produits bois issus de l’Afrique centrale : origine géographique, nom scientifique de l’essence et label FSC.

Une sensibilisation nécessaire

Les consommateurs doivent être particulièrement sensibilisés aux enjeux des forêts tropicales et à leur indispensable bonne gestion et se poser les bonnes questions quand ils achètent ces produits bois : d’où vient le bois que j’achète ? S’agit-il d’une essence d’arbre menacée ? Le produit possède-t-il des garanties environnementales suffisantes ? Le WWF-France met également en avant que seul le label FSC garantit aujourd’hui une amélioration réelle des pratiques de gestion forestière, une certification basée sur des audits de terrain annuels et une information transparente des consommateurs.
Dans cet optique, le WWF-Afrique centrale travaille par exemple avec 10 sociétés engagées dans une démarche de certification forestière, basée sur une gestion raisonnée de la forêt, la conservation de la faune et de la flore et le respect des populations locales.

Le WWF-France incite donc les consommateurs à exiger des mentions précises sur les produits bois et à privilégier l’achat de produits bois tropicaux FSC (Cf consoguide sur www.wwf.fr/jedisnonauboisillegal et distribué dans les enseignes partenaires du WWF) et engage les distributeurs de bois à vendre davantage de produits labellisés FSC en s’approvisionnant auprès de fournisseurs dont les exploitations sont gérées durablement.

> Pour en savoir + : Les résultats de l’enquête

  • facebook
  • googleplus
  • twitter