Une démarche de résilience urbaine récompensée aux Trophées européens de l’innovation politique, catégorie « écologie »

Le 6 décembre dernier, c’est grâce à son projet de transition écolo-urbaine R-Urban, que l’AAA (Atelier d’Architecture Autogérée) a été récompensée lors de la première édition des Trophées européens de l’innovation politique, à Vienne (Autriche).

Le projet de l’AAA a vu le jour en 2008 à Colombes (Hauts-de-Seine) avec la création de la ferme Agrocité. Ouverte en 2013 sur une ancienne friche d’un quartier très populaire, elle avait été accordée en 2009 par le maire de l’époque. Les architectes Constantin Petcou et Doina Petrescu, qui coordonnent le projet font construire l’Agrocité, superbe bâtiment en bois qui sert à la fois de hangar, de cuisine collective, de séchoir à graines, de lieu de distribution de l’Amap (Association de maintien d’une agriculture paysanne) de la ville, et de lieu culturel. Tout autour, on retrouve également des jardins partagés, un local dédié au recyclage des déchets locaux, et enfin des ateliers destinés à favoriser l’économie sociale et solidaire.

Changer de lieu, et étendre son modèle

L’objectif de l’Agrocité ?  Sensibiliser les populations à l’écologie dans des quartiers populaires, tout en y apportant une touche de verdure au pied des tours HLM. Le projet rencontre un véritable succès, qui sera mis à mal en 2015, lors du changement de maire à la tête de la municipalité. En février 2017, l’Agrocité est expulsée par les forces de l’ordre pour laisser place à la construction d’un parking.

C’est alors que le projet s’installe à Gennevilliers, s’agrandit et devient R-Urban (pour Résilience Urbaine), projet de stratégie de transition écologique. En plus de l’Agrocité, on y retrouve de Recyclab, une unité de recyclage et d’éco-construction, ainsi que le projet d’unité résidentielle, coopérative et écologique nommé Ecohab qui n’a pas tardé à émerger.

Ces trois dimensions doivent permettre à cet ensemble « de contribuer à augmenter la capacité de résilience urbaine (autosuffisance, production et recyclage à échelle locale et régionale, etc.) », selon Constantin Petcou, cofondateur de l’AAA.

La résilience urbaine, c’est quoi ?

La résilience urbaine menée par l’équipe de l’AAA consiste en la création à l’échelle locale de circuits courts dans les domaines écologique, économique, social et culturel, tout en impliquant les citoyens dans sa mise en place et en les sensibilisant à la lutte contre le réchauffement climatique. Il s’agit d’un projet citoyen qui est par ailleurs soutenu par des politiques. Un projet qui fonctionne si bien, que R-Urban devrait également voir le jour à Bagneux, Stockholm et au Sénégal.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter

Master RSE et QSE - option gestion de l'environnement - CNAM