• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Nature
  • >
  • La loi visant à améliorer la santé des sols à nouveau à l’ordre du jour de l’UE

La loi visant à améliorer la santé des sols à nouveau à l’ordre du jour de l’UE

La Commission européenne a proposé le 5 juillet ce qui serait la première loi de l’UE visant à améliorer la santé des sols, dans le but de freiner la dégradation causée par l’agriculture intensive et l’aggravation de l’impact du changement climatique.

Cette proposition, qui intervient alors que l’Union européenne est confrontée à une fronde politique contre d’autres politiques vertes, fait suite à une première tentative de la Commission d’introduire une législation sur la santé des sols en 2006, qu’une minorité de pays, dont l’Allemagne et la France, avaient bloquée.

Le nouveau plan – que les principaux acteurs de l’industrie alimentaire, Unilever, Nestlé et Danone, ont immédiatement critiqué pour son manque d’ambition – exigerait des pays qu’ils évaluent la santé des sols en fonction de critères tels que l’érosion et les niveaux excessifs de nutriments des engrais.

Les États membres devraient également identifier les sites où les sols sont contaminés par des produits chimiques et s’attaquer à ceux qui présentent des risques pour la santé. Toutefois, la proposition ne les obligerait pas à atteindre des niveaux minimaux de santé des sols.

Le One Planet Business for Biodiversity, une coalition d’entreprises comprenant Unilever, Nestlé et Danone, a déclaré que la proposition n’était pas assez ambitieuse.

« Malgré l’état préoccupant des sols de l’UE et les solutions mentionnées dans la proposition, celle-ci ne parvient pas à proposer un cadre ambitieux pour le développement coordonné de la santé des sols au niveau européen« , a déclaré le groupe dans un communiqué.

L’UE estime qu’au moins 61 % des sols de l’Union sont malsains, en raison de facteurs tels que la dégradation des tourbières et l’utilisation intensive d’engrais.

Interrogé sur l’absence d’objectifs contraignants, le commissaire européen à l’environnement, Virginijus Sinkevicius, a déclaré que l’objectif était d’abord d’établir une image plus claire de la santé des sols et des méthodes permettant de les gérer de manière plus durable.

« Nous devons également voir le paysage politique, ce qui serait acceptable pour les Etats membres et ce avec quoi nous pouvons aller de l’avant« , a-t-il déclaré lors d’une interview.

Caroline Heinzel, chargée de mission au Bureau européen de l’environnement, une coalition de groupes de campagne, a déclaré que la proposition ne répondait pas aux attentes en n’incluant pas d’objectifs juridiquement contraignants ou en n’exigeant pas de plans obligatoires.

Séparément, la Commission a également proposé des objectifs contraignants pour les pays afin de réduire les déchets alimentaires, ainsi que des règles visant à rendre les producteurs de textile légalement responsables du coût de leurs déchets – une mesure destinée à encourager les investissements dans la collecte, la réutilisation et le recyclage des vieux vêtements et des matériaux.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter