Le Sénégal créé des jardins circulaires pour prévenir la désertification

Des jardins circulaires « Tolou Keur » résistants à la sécheresse ont vu le jour au Sénégal, marquant une approche locale de la Grande Muraille Verte en Afrique.

La Grande Muraille Verte est un projet mené par l’Union Africaine, initialement conçu comme un moyen de lutter contre la désertification dans la région du Sahel et freiner l’expansion du Sahara, en plantant un mur d’arbres s’étendant dans tout le Sahel.

Les habitants de Boki Dawe, une ville sénégalaise près de la frontière avec la Mauritanie, travaillent autour d’un projet qui vise à créer des centaines de jardins circulaires – connus sous le nom de « Tolou Keur » en wolof – qui, selon les organisateurs, renforceront la sécurité alimentaire, réduiront la désertification régionale et engageront des milliers de travailleurs communautaires.

« Ce projet est incroyablement important », a déclaré un villageois, qui après son travail habituel, s’attaque à la culture de plantes comestibles et médicinales dans le jardin pendant près de 10 heures.

« Quand vous faites pousser un arbre, sur 20 ans, les gens et les animaux en bénéficieront », a déclaré le villageois, dont l’engagement et le travail acharné lui ont valu le rôle de gardien de jardin.

Un système qui améliore la rétention d’eau

Le projet marque une nouvelle approche plus locale de la Grande Muraille Verte, lancée en 2007, qui vise à ralentir la désertification dans la région du Sahel en Afrique, la ceinture aride au sud du désert du Sahara, en plantant une ligne de 8 000 km de arbres du Sénégal à Djibouti.

L’initiative globale n’a pour l’instant vu la plantation que de 4% des 100 millions d’hectares d’arbres promis, et doit s’achever d’ici 2030. Elle pourrait coûter jusqu’à 43 milliards de dollars, selon les estimations des Nations Unies.

En revanche, les jardins ‘Tolou Keur’ ont prospéré au cours des sept mois qui ont suivi le début du projet et sont maintenant au nombre d’environ deux douzaines, a déclaré l’agence sénégalaise de reboisement.

Trois mois après l’achèvement d’un jardin, ses agents commencent une série de visites mensuelles sur deux ans pour évaluer les progrès.

Les jardins abritent des plantes et des arbres résistants aux climats chauds et secs, notamment la papaye, la mangue, le moringa et la sauge. Les plans circulaires permettent aux racines de pousser vers l’intérieur, piégeant les liquides et les bactéries et améliorant la rétention d’eau et le compostage.

La responsable du projet, Karine Fakhoury, a déclaré qu’il était important que la population locale se sente pleinement engagée : « Ce n’est pas un projet externe, où quelqu’un vient de l’extérieur et dit aux gens ce qu’il faut faire. C’est quelque chose d’entièrement autochtone ».

Une possible réponse à la pandémie et la migration

Le Sénégal a fermé ses frontières au début de l’année dernière pour tenter de freiner la propagation du coronavirus, réduisant les importations et exposant la dépendance des communautés rurales à l’égard des aliments et des médicaments étrangers.

Cela a incité l’agence de reboisement à chercher des moyens d’aider les villages à devenir plus autosuffisants.

Aly Ndiaye, un ingénieur agronome sénégalais basé au Brésil qui s’est retrouvé bloqué au Sénégal lors de la fermeture des frontières, a souligné l’importance des « petites actions qui sont permanentes ».

« Un millier de Tolou Keur, c’est déjà 1,5 million d’arbres », a déclaré Aly Ndiaye, le cerveau derrière la conception du plan circulaire. “Donc si nous commençons, nous pouvons en faire beaucoup.

Pour les villageois, ces jardins pourraient offrir un autre avantage : décourager les Africains subsahariens de se lancer dans de longs et périlleux voyages en tant que migrants illégaux à la recherche d’une vie meilleure en Europe et en Amérique.

« Le jour où les gens réaliseront tout le potentiel de la Grande Muraille Verte, ils arrêteront ces routes migratoires dangereuses où vous pouvez perdre la vie en mer », a déclaré l’un d’entre eux. « Il vaut mieux rester, travailler la terre, cultiver et voir ce que l’on peut gagner. »

  • facebook
  • googleplus
  • twitter