• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • Un entrepreneur kenyan transforme la jacinthe d’eau en combustible pour la cuisson

Un entrepreneur kenyan transforme la jacinthe d’eau en combustible pour la cuisson

Un projet au Kenya utilise la technologie du biogaz pour s’attaquer à deux problèmes majeurs de pollution avec un seul appareil : une machine qui convertit les déchets tels que la jacinthe d’eau en un combustible de cuisson plus propre.

L’entreprise de technologie énergétique kenyane Biogas International a travaillé en partenariat avec le fabricant de médicaments AstraZeneca et l’Institute for Sustainability Leadership de l’Université de Cambridge.

Le projet a jusqu’à présent fourni 50 « digesteurs » à des maisons de la ville de Kisumu, dans l’ouest du Kenya, permettant aux familles d’abandonner le bois ou le charbon de bois, qui sont tous deux dangereux, selon l’Organisation mondiale de la santé, et des méthodes de cuisson chronophages.

Le gaz n’a pas de fumée, pas d’odeur, il est beaucoup plus rapide que les jiko“, a déclaré Tony Otieno en faisant bouillir un thé au lait pour sa grand-mère Margaret, 70 ans, en utilisant le biogaz du digesteur.

Certaines familles ont reçu un réchaud à gaz dans le cadre du projet, pour remplacer leur jiko – un réchaud portable qui utilise du charbon de bois. De nombreux digesteurs ont également été distribués gratuitement, le reste étant subventionné par l’entreprise.

Les machines fonctionnent avec des déchets tels que la jacinthe d’eau moulue, qui a recouvert de grandes parties du lac Victoria, un lac d’eau douce entre le Kenya, l’Ouganda et la Tanzanie.

Une technologie trop coûteuse pour la population

La plante semblable à une mauvaise herbe nuit à la vie aquatique, y compris aux poissons du lac, et aide les bactéries et les moustiques à prospérer, ce qui présente des risques pour la santé des communautés locales.

Les digesteurs conçus par Biogas International utilisent 2 à 3 kg de jacinthe d’eau prélevées dans le lac pour alimenter une cuisinière capable de préparer un repas de maïs et de haricots en quatre heures environ.

La jacinthe d’eau est une bénédiction “, a déclaré Dominic Kahumbu, PDG de Biogas International.

Mais à un coût de 650 $, les digesteurs ne sont pas abordables pour la plupart des familles de la ville, a-t-il reconnu. La Banque mondiale a estimé le PIB par habitant au Kenya à un peu plus de 1 800 dollars en 2020.

Bien que la technologie soit évolutive, a-t-il déclaré, le coût élevé de production de chaque digesteur rend improbable un bénéfice avant au moins cinq ans. Il a déclaré que l’entreprise avait besoin de nouveaux investissements en capital pour produire plus de digesteurs.

Deux versions plus grandes de l’équipement, qui sont encore en phase de test, produiraient du carburant propre à l’échelle industrielle pour les restaurants, les fermes avicoles et les installations de séchage du poisson de la région.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter