• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Nature
  • >
  • Une coalition scientifique entièrement féminine appelle à la protection de la péninsule antarctique

Une coalition scientifique entièrement féminine appelle à la protection de la péninsule antarctique

Le changement climatique et l’activité humaine nuisent à l’Antarctique et menacent la faune, des baleines à bosse aux algues microscopiques, affirment plus de 280 scientifiques et expertes en conservation en exhortant à la protection de la région glacée.

La coalition – composée uniquement de femmes – a appelé à la création d’une nouvelle zone de protection marine autour de l’Antarctique, alors que les gouvernements ont entamé le 19 octobre une réunion de deux semaines de la Commission pour la conservation des ressources marines vivantes de l’Antarctique.

Deux zones de l’Antarctique sont déjà protégées : les îles Orcades du Sud et la mer de Ross. La nouvelle zone de protection, proposée en 2018 par les membres de la commission, le Chili et l’Argentine, couvrirait la péninsule antarctique occidentale, la partie la plus septentrionale du continent le plus au sud.

L’écosystème complexe de la péninsule comprend des manchots, des phoques et des krills (de minuscules crustacés), qui sont le principal aliment de base de centaines d’animaux marins, notamment des poissons, des oiseaux et des baleines.

Contrairement au reste de l’Antarctique, dont un tiers reste non visité, il n’y a pas de grandes zones de la péninsule non touchées par les humains. La pêche, le tourisme, le changement climatique et les infrastructures de recherche présentent tous des défis pour la faune, affirment les scientifiques dans un commentaire publié dans la revue Nature de cette semaine.

Appel à l’action collective

La péninsule est également l’un des endroits où le réchauffement est le plus rapide de la planète, enregistrant une température record de 20,75 degrés Celsius le 9 février 2020.

À mesure que la région se réchauffe, la glace rétrécit, laissant les larves de krill sans abri. Cela pourrait avoir un impact qui se répercute sur la chaîne alimentaire de l’Antarctique, selon les scientifiques.

Protéger la péninsule « montrerait à la communauté internationale qu’une action collective pour s’attaquer à un problème mondial est possible », a déclaré Marga Gual Soler, conseillère en politique scientifique espagnole. Elle a qualifié le continent de « lumière de la collaboration scientifique et de la diplomatie internationale depuis plus de 60 ans ».

Les 289 scientifiques signataires font partie du programme Homeward Bound, qui organise des expéditions pour les femmes en Antarctique. Pendant des décennies, les femmes scientifiques ont été empêchées de se rendre dans les bases du continent en raison du manque d’installations pour les femmes, a déclaré Anne Christianson, spécialiste de l’environnement à l’Université du Minnesota.

« Le fait que plus de 200 femmes unissent leurs forces et disent:« Ceci est notre héritage, nous méritons notre mot à dire sur la manière dont cette zone est protégée », est très puissant », a déclaré Anne Christianson.

La commission, qui comprend l’Union européenne, la Russie et les États-Unis, a également été invitée à examiner les zones de protection marine au large de l’Antarctique oriental et dans la mer de Weddell.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter