COP 25 : Espérer ou capituler face au climat

Confrontée à une crise climatique menaçant la civilisation elle-même, l’humanité doit choisir entre l’espoir et la capitulation, a déclaré le 2 décembre le chef de l’ONU Antonio Guterres lors de la plénière d’ouverture de la conférence de l’ONU sur le climat.

« L’un est le chemin de la reddition, où nous avons passé le point de non-retour, mettant en danger la santé et la sécurité de tous sur cette planète », a déclaré António Guterres.

« Voulons-nous vraiment qu’on se souvienne de nous comme de la génération qui a enfoui sa tête dans le sable pendant que la planète brûlait ? »

Quelques instants plus tôt, la dirigeante du Congrès américain Nancy Pelosi a déclaré aux participants de la COP25 que le monde pouvait toujours compter sur les États-Unis malgré la décision du président Donald Trump de se retirer de l’accord de Paris.

Le « canular » du réchauffement climatique

Les États et les villes abritant les deux tiers de la population américaine, tout comme tous les candidats démocrates à la présidence se sont engagés à atteindre les objectifs fixés par l’accord de 2015, selon les groupes de recherche américains.

« Nous sommes ici pour vous dire à tous, au nom de la Chambre des représentants et du Congrès des États-Unis, nous y sommes toujours, nous y sommes toujours », a insisté Nancy Pelosi lors d’une conférence regroupant les chefs d’État des pays vulnérables au climat.

À la tête de la délégation du Congrès, forte de 15 personnes, la dirigeante américaine est venue à Madrid alors que ses collègues de la Chambre envisageaient une procédure de destitution contre Trump.

Trump a rejeté le réchauffement climatique, le percevant comme un canular et a démantelé bon nombre des politiques de protection du climat et de l’environnement mises en place par son prédécesseur Barack Obama.

Le mois dernier, Trump a annoncé officiellement le retrait des États-Unis de la liste des 196 pays ayant signé l’accord de Paris sur le climat, qui appelle à limiter le réchauffement climatique bien en dessous de deux degrés.

« Forcer notre pays à mourir »

Dans son appel passionné, Antonio Guterres a cité de nouvelles découvertes de l’Organisation Météologique Mondiale (OMM) confirmant que les cinq dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées.

La concentration de CO2 dans l’atmosphère a également atteint des niveaux jamais vus depuis trois à cinq millions d’années, selon l’OMM. Cette concentration de CO2 participe au réchauffement de la planète.

« La dernière fois qu’il y a eu une concentration comparable », a déclaré Guterres, « la température était de deux à trois degrés Celsius plus chaude, et le niveau de la mer était de 10 à 20 mètres plus élevé qu’aujourd’hui. »

L’année dernière, un important rapport scientifique de l’ONU a ramené le seuil de l’accord de Paris pour un monde sans danger pour le climat de 2 ° C à 1,5 ° C, concluant que l’économie mondiale doit être « neutre en carbone » d’ici 2050 pour rester en dessous de ce seuil.

« Ce qui fait encore défaut, c’est la volonté politique – de mettre un prix sur le carbone, de suspendre les subventions aux combustibles fossiles, de cesser de construire des centrales au charbon », a déclaré António Guterres.

« La meilleure science disponible, par le biais du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), nous dit aujourd’hui que dépasser ce seuil (1,5 ° C) nous conduirait à une catastrophe. »

La présidente des Îles Marshall, Hilda Heine, a averti que le franchissement de la barrière de 1,5 ° C signifierait la fin de sa patrie bordée d’eau.

« Les nations des atolls les plus vulnérables comme c’est le cas de mon pays font déjà face au “couloir de la mort” en raison de la montée des mers et des tempête dévastatrices », a-t-elle déclaré.

Les gouvernements qui ne parviennent pas à prendre de forts engagements de réduction des émissions de carbone au cours de la prochaine année « condamnent effectivement notre avenir, forçant notre pays à mourir ».

Les dirigeants ne peuvent pas fuir leurs responsabilités

Les discussions à Madrid sont axées sur la finalisation des règles pour les marchés mondiaux du carbone et la création d’un fonds pour aider les pays déjà sous le choc des vagues de chaleur, des sécheresses, des inondations et des tempêtes aggravées par le réchauffement des mers.

Les négociateurs de première ligne décrivent la COP25 comme des « pourparlers techniques » préparant le terrain pour la réunion de l’an prochain à Glasgow, où les pays devront faire face au fossé béant entre les objectifs de Paris et les émissions actuelles.

« Une question clé sera de savoir dans quelle mesure les mouvements sociaux croissants à travers le monde seront pris en compte dans les décisions de la COP25 », a déclaré Laurence Tubiana, PDG de la Fondation européenne pour le climat et ancienne négociatrice pour la France, l’un des principaux architectes de la Accord de Paris.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter