• Accueil
  • >
  • Le Mag
  • >
  • L’évaporation de l’eau pourrait être une source prometteuse d’énergie renouvelable

L’évaporation de l’eau pourrait être une source prometteuse d’énergie renouvelable

L’énergie solaire et l’énergie éolienne attirent toute l’attention, mais la récupération de l’énergie par évaporation pourrait nous aider à résoudre nos problèmes d’énergie – du moins en théorie.

Cette méthode de récolte de l’énergie en est à ses débuts. Contrairement à l’énergie solaire et éolienne, la technologie d’évaporation n’est pas encore commercialisée et ne le sera pas avant un certain temps.

Cependant, des scientifiques ont tenté de comprendre ces enjeux, et prédisent que l’énergie potentiellement disponible par évaporation est comparable à celle de l’énergie éolienne et solaire. Les travaux de recherche ont été publiés en septembre 2017 dans les colonnes de la revue Nature Communications.

Possibilité de couvrir 69% de la production d’énergie américaine

Si nous pouvions récolter l’énergie d’évaporation des lacs et des réservoirs existants aux États-Unis – à l’exclusion des Grands Lacs dans le Midwest – nous pourrions générer 325 gigawatts (2,85 millions de mégawattheures par an). Cela représente environ 70% de la production totale d’énergie électrique aux États-Unis en 2015.

Principale avantage de cette énergie provenant de l’évaporation, contrairement au solaire ou au vent, elle dépend moins des conditions météorologiques. Cependant il est peu probable que les américains puissent utiliser l’eau de chaque lac car les auteurs notent que cela pourrait affecter les ressources en eau douce.

L’auteur de l’étude et le biophysicien de l’Université de Columbia, Ozgur Sahin ont d’abord présenté un « moteur d’évaporation » dans un article de 2015. Imaginez que vous avez un matériau qui change de taille quand il y a beaucoup d’eau dedans. (Dans le cas du Dr Sahin, le matériel était de minuscules spores.) Les spores absorbent l’eau et grossissent. Quand il fait chaud, l’eau s’évapore et les spores rétrécissent.

« Maintenant, si vous considérez les spores comme un muscle qui se contracte et s’allonge, dit le biophysicien, vous pouvez le connecter à un générateur qui produit de l’électricité à partir du mouvement, puis récolter l’énergie de ce processus ».

Un système à tester à grande échelle

Le minuscule “moteur d’évaporation” d’Ozgur Sahin se trouve à la surface de l’eau. Lorsque l’eau de la surface entre dans l’appareil, elle modifie la forme des spores, qui créent de l’électricité. Les spores sont également reliées à des volets qui contrôlent la quantité d’eau qui s’évapore. Cela signifie que vous pouvez contrôler la quantité d’énergie générée et même la stocker et la libérer au fil du temps pour créer une puissance continue. D’autres formes d’énergie renouvelable dépendent davantage de la quantité de soleil ou de vent.

La même équipe a également créé une usine avec des spores, la moitié dans un environnement humide et la moitié dans un environnement sec. Lorsqu’il est attaché à des roues minuscules, l’appareil a alimenté les roues en utilisant l’évaporation.

Il y a beaucoup d’étapes à franchir avant que cette méthode puisse être utilisée. L’équipe travaille à développer des matériaux qui peuvent être fabriqués à grande échelle. Par ailleurs, ils veulent tester leur moteur sur un plus grand plan d’eau, comme une piscine. Mais ils pourraient un jour avoir beaucoup d’impact – après tout, la Terre est couverte à 70% d’eau.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter