Bill Gates veut développer une ” super-vache ” pour endiguer la malnutrition en Afrique

Le fondateur de Microsoft investit 40 millions de dollars dans une « super-vache » capable de produire davantage de lait et de résister au changement climatique.

 L’Afrique est le continent le plus touché par la famine, et le réchauffement climatique constitue une menace supplémentaire pour ce continent. Aussi le milliardaire Bill Gates a décidé de se lancer dans une nouvelle bataille : une vache qui permettrait de lutter contre la famine.

Un investissement de 32 millions d’euros

Bill Gates a versé à l’Alliance mondiale pour les médicaments vétérinaires (GALVmed) la somme de 40 millions de dollars (soit 32 millions d’euros) via sa fondation. Bill Gates, depuis qu’il a quitté la présidence de Mircrosoft il y a un peu plus de 15 ans, œuvre avec son épouse pour venir en aide aux plus démunis de la planète.

Par cette action auprès de GALVmed, Bill Gates souhaite se concentrer sur des techniques d’élevage sélectif, afin de créer des bovins plus résistants aux changements climatiques et ayant la capacité de produire du lait en plus grande quantité. Cette nouvelle race permettra de « produire quatre fois plus de lait qu’une vache standard, tout en ayant une espérance de vie égalée » a annoncé l’homme le plus riche du monde, avant de rajouter que « l’impact par dollar investit est très élevé dans ce domaine ».

Cette volonté serait rendue possible par la sélection d’embryons capable de s’adapter à un environnement particulier.

Ce projet sera destiné à l’Afrique puisqu’il s’agit du continent le plus touché par la famine. 20 millions de personnes doivent y faire face au quotidien.

Un autre projet de vaches génétiquement modifiées a été porté par les généticiens de l’Institut des sciences agroalimentaires de l’université de Floride en juin 2017.

Ce type d’expérimentation peut permettre de secourir des millions de personnes dans le monde, mais rappelle les déconvenues du « super-cochon » Okja dans le film de Joon-Ho Bong (disponible sur Netflix), où la course au profit était plus importante que les bienfaits pour lequel il a été créé.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter