Sécurité routière : la fin de l’oreillette au volant

Après la révélation de chiffres de la Sécurité routière mauvais pour 2014, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve a  détaillé hier, devant le Conseil national de la sécurité routière, une série de mesures afin de remplir l’objectif de moins de 2.000 morts d’ici 2020. Parmi elles, l’interdiction des oreillettes au volant.

Avec 3.388 morts sur les routes en 2014, la Sécurité routière a enregistré la première hausse du nombre de tués sur la route depuis douze ans. Un constat qui pousse Bernard Cazeneuve a agir, les chiffres n’étant pas “à la hauteur des objectifs que nous nous étions fixés“, à savoir baisser à moins de 2.000 le nombre de morts sur les routes d’ici 2020. Et, pour atteindre cet objectif, le ministre de l’Intérieur a présenté une série de mesures hier, devant le Conseil national de la sécurité routière.

Alcool et radars double-face

Parmi les mesures présentées, Bernard Cazeneuve a annoncé vouloir interdire l’oreillette au volant. Jusqu’à présent, seul le portable tenu à la main était sanctionné. Les kits mains-libres bluetooth, intégrés aujourd’hui dans de nombreux véhicules restera quant à lui autorisé. Les oreillettes ne sont toutefois pas les seules concernées, le ministre prévoit d’interdire “tout système de type écouteurs, oreillette , casque… susceptible de limiter tant l’attention que l’audition des conducteurs“.

S’agissant du taux d’alcoolémie autorisé, il devrait baisser à 0,2g/l de sang pour les jeunes, et des éthylotests devront être mis à disposition des clients de bars et boites de nuit. Une autre mesure concerne les radars. Pour déjouer les stratagèmes de certains, de nouveaux radars “double face”devraient remplacer les existants. Ils photographieront systématiquement le conducteur du véhicule flashé. Impossible alors de taire le nom du conducteur? Pour un spécialiste du droit de l’automobile, il restera possible d’avancer la mauvaise qualité de la photo pour ne pas donner de nom.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter