Amiante: Sanofi condamné pour “faute inexcusable”

Amar Berkane est décédé il y a quatre ans des suites d’un cancer broncho-pulmonaire, après avoir travaillé 37 ans dans les locaux de l’usine Sanofi de Vitry-sur-Seine. La Cour d’appel de Paris a reconnu hier la “faute inexcusable” de Sanofi, exposant son ex-salarié à l’amiante, les locaux dans lesquels Amar Berkane exerçait son activité de chimiste contenant cette substance dont les poussières sont hautement cancérigènes.

“Justice a été rendue“. Soraya Berkane est soulagée.  Son père, Amar, est décédé il y a quatre ans des suites d’un cancer broncho-pulmonaire après avoir travaillé comme chimiste pendant 37 ans sur le site de Vitry-sur-Seine de Sanofi. Peu de temps après sa pré-retraite, l’homme avait été pris de violentes quintes de toux et six mois après, il succombait à un cancer.

Très vite, la famille a déposé une plainte à l’encontre de l’employeur d’Amar, Sanofi. Selon la CGT, 81 salariés du site ont été atteints de pathologies liées à l’amiante et une vingtaine en sont morts depuis 1975. L’amiante était présente dans les locaux et les salariés y étaient donc exposés quotidiennement. “Nous ne savions pas que nous étions exposés. On prenait toutes ses poussières et on les inhalait“, expliquait à l’AFP Serge Franceschina, responsable de la CGT-retraités chez Sanofi et membre de l’Association nationale de défense des victimes de l’amiante (Andeva). “On n’avait aucun équipement adapté. On portait des masques que vous pouvez trouver dans les grandes surfaces pour les bricoleurs du dimanche“.

Indemnités pour la famille

En première instance, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Créteil avait reconnu la faute du groupe pharmaceutique mais ce dernier avait immédiatement fait appel. La Cour d’appel de Paris a donc confirmé ce jugement hier, et ordonné le versement d’indemnités pour un montant de 200.000 euros à la veuve d’Amar Berkane , à ses enfants et petits-enfants.

Sanofi avait déjà été condamné à huit reprises pour des affaires similaires intervenant sur son site de Vitry-sur-Seine. Le site désormais désamianté, emploie aujourd’hui 1.300 dont 500 dans les locaux autrefois occupé par Amar Berkane.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter