• Accueil
  • >
  • Général
  • >
  • Le coût de production du nucléaire français en pleine croissance

Le coût de production du nucléaire français en pleine croissance

75% de l’électricité produite en France est d’origine nucléaire. Mais, les centrales françaises sont vieillissantes et nécessitent des investissements de plus en plus lourds pour assurer leur production et leur sécurité. Le coût de l’énergie nucléaire qui a bondi en 2010 devrait donc continuer de progresser.

Selon le dernier rapport de la Cour des Comptes présenté aujourd’hui, le coût de l’énergie nucléaire devrait continuer de croitre en France. Avec un mégawattheure à 59,8 euros en 2013, le coût de production moyen des 19 centrales du paysage nucléaire français a augmenté de 20,6% depuis 2010 où le MWh était de 49,6 euros. En euros constants, cette hausse est estimée à 57,5 euros, soit 16%.

Ce coût croissant du nucléaire n’est pas sans incidence puisqu’il pèse pour 40% dans la facture finale du consommateur. Il s’explique par les investissements nécessaire au bon fonctionnement et à la sécurité des centrales françaises vieillissantes. Le rapport note ainsi une forte croissance des dépenses d’exploitations par EDF. “Compte tenu du poids de ces dépenses dans le coût de production de l’électricité nucléaire (41%, soit 24,8 euro/MWh en 2013), cette évolution, qui s’explique notamment par le déploiement du projet industriel d’EDF pour permettre le prolongement de la durée d’exploitation des réacteurs existants, a des conséquences lourdes sur le coût du MWh“, précise le rapport de la Cour des Comptes.

A ces coûts d’exploitation croissants, il faut également ajouter les dépenses liées à la maintenance, ces “investissements de maintenance, en particulier de sûreté, n’ont pas encore atteint leur maximum; ils devraient encore sensiblement progresser jusqu’en 2017, avant de commencer à diminuer”, ajoute le rapport. Cinquante-cinq milliards d’euros de travaux de maintenance et de modernisations des 58 réacteurs en activité sont fixés à l’horizon 2025 afin de prolonger la durée de vie des centrales au-delà des 40 années initialement fixées lors de leur conception.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter