Cigarette électronique : l’empire du tabac contre-attaque

Depuis l’apparition de la cigarette électronique, les ventes de tabac chutent. L’observatoire français des drogues et des toxicomanies a ainsi constaté une baisse de 7,6% des ventes de tabac en 2013. Mais les fabricants de tabac n’entendent pas se rendre si facilement et ont lancé une contre-attaque: la capsule de tabac à vapoter.

Les fabricants de tabac n’entendent pas perdre la guerre au profit de la cigarette électronique. Face au succès du vapotage, ils ont donc  décidé de lancer la contre-attaque et viennent de sortir une capsule de tabac à vapoter. Basé sur le principe des capsules de café, ces capsules de tabac peuvent s’insérer dans une cigarette électronique, remplaçant alors le liquide à base de nicotine par du tabac. Appelé Ploom, ce produit reste toutefois un produit du tabac, à la différence des e-cigarettes, et ne peut donc se vendre que chez les buralistes où il sera taxé à 80%.

Le tabac tue quelle que soit sa forme

Lancé par Japan Tobacco International, Ploom a donc fait son apparition en France hier. Pour le fabricant, le fait que le tabac soit chauffé et non plus brûlé comme dans une vraie cigarette, le rend moins nocif pour la santé. Un argument qui gène considérablement le Pr Dautzenberg. “Les fabricants mentionnent le fait que ce produit est moins dangereux qu’une cigarette classique. Or sur le plan législatif, ils n’ont absolument pas le droit de mettre en avant cet argument.

“Aucun industriel ne peut indiquer qu’un produit du tabac est moins nocif qu’un autre. Il y a quelques années, nous avons eu des débats similaires avec les filtres, les cigarettes légères, puis aromatisées. Le tabac tue quelle que soit sa forme“, confie le spécialiste à Destination Santé.

C’est une offensive très claire des cigarettiers face à la baisse de la consommation du tabac. Ils mettent sur le marché des produits qui sèment la confusion, uniquement pour faire de l’argent. Cela n’a aucun intérêt sur le plan de la santé. Nous nous sommes fait déjà avoir maintes fois avec cette industrie“, ajoute le pneumologue.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter