Monoxyde de carbone : un mort et deux blessés graves en Seine-Saint-Denis

Huit personnes ont été victimes d’une intoxication au monoxyde de carbone dans leur sous-sol, dimanche soir en Seine-Saint-Denis. Une d’entre-elles est décédée et deux autres sont gravement blessées.

Un mort, deux blessés graves et cinq blessés plus légers: tel est le bilan d’une intoxication au monoxyde de carbone survenue dimanche dans la soirée,  dans un sous-sol aux Pavillons-sous-Bois en Seine-Saint-Denis. L’intoxication aurait été provoquée par la chaudière défectueuse.

Dans un communiqué publié début février,  l’agence régionale de Santé d’Ile-de-France lançait déjà une mise en garde face à la “forte augmentation” des intoxications au monoxyde de carbone, “dues à l’utilisation d’appareils de chauffage de fortune de type braséro ou barbecue”. “Depuis le 1er septembre 2013, la proportion d’intoxications au monoxyde de carbone liées à l’utilisation de ce type d’appareils a doublé par rapport à l’année dernière en Ile-de-France“, soulignait alors l’ARS.

Vigilance et prévention

Pour rappel, le monoxyde de carbone est un gaz  inodore, qui peut provoquer rapidement une intoxication aigüe se manifestant par des vertiges, une perte de connaissance, une impotence musculaire, voire un comas ou un décès. L’intervention rapide des secours en urgence est alors indispensable. Mais, le monoxyde de carbone peut également provoquer des intoxications chroniques, plus lentes mais tout aussi dangereuses.

Dans une majorité des cas, les accidents résultent de la mauvaise évacuation des produits de combustion (conduit de fumée obstrué ou mal dimensionné), de l’absence de ventilation dans la pièce où est installé l’appareil (pièces calfeutrées, sorties d’air bouchées), du défaut d’entretien des appareils de chauffage et de production d’eau chaude ainsi que les inserts, poêles, cuisinières, chauffages mobiles d’appoint, de la vétusté des appareils, de la mauvaise utilisation de certains appareils (appareils de chauffage d’appoint utilisés en continu par exemple, groupes électrogènes…) ou de l’incompatibilité des différentes installations présentes dans un même logement (exemple : foyer ouvert et chaudière).

  • facebook
  • googleplus
  • twitter