Viande de cheval : deux sociétés dans le viseur des autorités

lasagnes FindusDans l’attente des résultats de l’enquête menée auprès des acteurs de l’affaire des lasagnes à la viande de cheval, résultats qui seront connus cet après-midi, Europe 1 dévoilait ce matin que le fournisseur français Spanghero et un intermédiaire néerlandais, Draap, serait dans le viseur des autorités. L’abattoir roumain serait quant à lui mis hors de cause.

Selon l’information révélée ce matin par Europe 1, l’étau se resserrerait autour de deux sociétés dans le cadre de l’enquête autour des plats surgelés contenant de la viande de cheval. Tandis que jusqu’à présent, les enquêteurs pensaient que la viande incriminée provenait directement de Roumanie vers le fournisseur français, Spanghero, une nouvelle étape a été mise à jour dans le processus. La viande aurait en effet transité par les Pays-bas, via le trader, Draap.

Un passé douteux

Selon Europe 1, cet intermédiaire aurait déjà un passé un peu douteux. Il aurait notamment été condamné il y a un an pour l’importation de viande de cheval en Amérique du Sud sous l’appellation “b?uf hallal”. Dans le cadre de cette affaire, il pourrait alors avoir acheté de la viande de cheval étiquetée comme telle aux abattoirs roumains et falsifié par la suite l’étiquetage.  C’est la question de ce changement d’étiquetage qui demande à être poussée.

Cette modification a-t-elle eu lieu aux Pays-bas, où lors de la négociation avec Spanghero? Pour des spécialistes, un professionnel de la viande devrait avoir un doute quant à la nature de la viande au vu de son prix mais également de son aspect. Un professionnel devrait donc aisément savoir distinguer la viande de b?uf de la viande de cheval.  Alors Spanghero est-il complice de cette vaste fraude? Benoit Hamon aura peut-être la réponse cet après-midi.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter