Des écoutes illégales chez Anne Lauvergeon

Anne Lauvergeon, l’ancienne grande patronne du nucléaire français, et son mari, Olivier Fric, viennent de porter plainte pour écoutes illégales. Ces écoutes auraient été mises en place par des enquêteurs privés et porteraient sur le rachat par Areva en 2007 d’UraMin, une société d’extraction d’uranium en Namibie.

Anne Lauvergeon et son mari ont donc déposé lundi à Paris, une plainte pour “complicité et recel de violation de secret professionnel“. Leur avocat Me Jean-Pierre Versini-Campinchi précise que des écoutes téléphoniques illégales auraient été placées au domicile du couple. “Les écoutes, faites par des agences d’intelligence privées suisses, ont duré plusieurs mois en 2011“, confiait-il à l’AFP.

De son côté le Canard Enchainé évoque l’existence d’un rapport d’enquête datant du 26 septembre relatif au rachat d’UraMin par Areva, et révélant de nombreux détails concernant Olivier Fric, notamment son agenda, ses comptes bancaires et ses données téléphoniques. Le quotidien qui a obtenu copie du rapport précise que “les recherches préliminaires menées sur M. Fric n’ont pas permis d’obtenir d’informations laissant penser qu’il aurait pu bénéficier de manière illégitime du rachat d’UraMin par Areva“.

Pour rappel, en 2007, alors qu’Anne Lauvergeon était encore à la tête du géant français du nucléaire, sa société avait payé 1,8 million d’euros pour le rachat d’UraMin, une société canadienne qui visait l’exploitation de gisements d’uranium en Namibie. or, cet investissement s’est révélé être un véritable gouffre financier, et vaut aujourd’hui cinq fois moins qu’en 2007. Une enquête administrative avait alors été ouverte et est toujours en cours.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter