Antibiotiques : les Français sont toujours de gros consommateurs

Selon un rapport publié aujourd’hui par l’Agence française des produits de santé, si la consommation d’antibiotiques a baissé ces dix dernières années, les Français continuent d’être parmi les plus gros consommateurs européens. Une situation inquiétante au regard de la lutte contre les bactéries résistantes.

C’est aujourd’hui que l’Afssaps publie son rapport “Dix ans d’évolution des consommateurs d’antibiotiques en France“, portant sur la consommation des Français sur la période 1999-2009. Selon ce rapport, la France a enregistré une baisse de 16% des ventes d’antibiotiques sur les cinq premières années couvertes mais  une “légère tendance à la reprise” a été constatée depuis 2005.

En 2009, “157 millions de boîtes ont été vendues pour un chiffre d’affaires de 852 millions d’euros“, précise le rapport. Si 87% des prescriptions concernent la médecine de ville, la baisse des ventes urbaines d’antibiotiques sur les dix années couvertes “est la plus importante observée en Europe“. Néanmoins, la France demeure “nettement au-dessus de la moyenne européenne“. Longtemps en tête des pays européens, elle a toutefois été détrônée par la Grèce depuis 2002.

Des antibiotiques en baisse

Cette forte consommation d’antibiotiques pose un problème dans le cadre de la lutte contre les bactéries résistantes. Plusieurs campagnes d’informations ont été menés dans plusieurs pays d’Europe, et en France, un plan national a été engagé depuis 2001, avec le désormais célèbre slogan “les antibiotiques, c’est pas automatique“.

Le rapport met également le doigt sur un autre problème, la réduction de 15% du nombre d’antibiotiques disponibles en France. Pour 25 substances disparues, seules 10 nouvelles sont apparues. Cette situation est particulièrement préoccupante car l’appauvrissement progressif de l’offre restreint l?éventail des solutions de recours“, note l’Afssaps rerpis par l’AFP. “En pratique, les médecins sont déjà confrontés à des infections susceptibles de menacer le pronostic vital des patients par manque d’antibiotiques efficaces“.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter