Japon : «la situation ne s’est pas détériorée»

Dès tôt ce matin, les opérations ont repris autour de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima pour tenter de refroidir les réacteurs. Une semaine après le séisme et le tsunami qui ont endommagé la centrale, la situation semble enfin s’être stabilisée.

Pour la première fois depuis une semaine, il ne s’était rien passé de dramatique durant la nuit dans la centrale de Fukushima au Japon. Depuis que le séisme suivi du tsunami, ont endommagé le système de refroidissement des réacteurs de la centrale nucléaire, pas une journée ne s’était déroulée sans un incendie ou une explosion.

Mais ce matin, Graham Andrew, le conseiller spécial du directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, annonçait que “la situation reste très sérieuse à la centrale. Mais, il n’y a pas eu d’aggravation significative depuis hier“. La situation “ne s’est pas détériorée, ce qui est positif. Mais il est toujours possible qu’elle empire” ajoute-t-il.

L’urgence dans la centrale est d’apporter de l’eau en quantité suffisante afin de refroidir les installations et éviter que les combustibles ne se retrouvent à l’air libre. Dans cette optique, les ballets d’hélicoptères de l’armée japonaise larguent depuis hier des tonnes d’eau au-dessus des réacteurs endommagés. Par ailleurs, l’opérateur de la centrale, Tepco, tente de rétablir l’électricité afin de remettre “en route les pompes refroidissant les réacteurs et remettre en eau la piscine” explique-t-il.

Le froid et la neige s’en mêlent

Dans l’attente d’une situation parfaitement maitrisée à la centrale, les ressortissants continuent d’évacuer le pays. Quant aux Japonais, nombre d’entre-eux migrent vers le sud et trouvent refuge à Osaka, seconde ville du pays après Tokyo. Si l’on se fie aux informations données par les autorités nippones, le périmètre de sécurité de 30km autour de la centrale est suffisant pour l’instant et la santé des Tokyoïtes ne serait pas en danger.

Pour l’heure, ce sont la neige et le froid qui fragilisent la santé des personnes évacuées les plus vulnérables, comme les enfants et les personnes âgées.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter